Bonjour Invité

Lange128

*
  • ****
  • 1074
  • +404/-0
  • Bis repetita placent
    • Voir le profil
Un samedi à Whitby
« le: 23 août 2021 »
Voici ma nouvelle avec les mots que j’ai envoyés à Louklouk. Je précise que je ne les ai pas choisis en fonction de ce que je voulais écrire. Je prévois plusieurs parties pour faire durer le suspense.

Maxence et Albain séjournaient pour deux semaines dans la petite ville anglaise de Whitby. Ils n’étaient pas en vacances, qui irait en vacances au mois d’octobre dans cette ville portuaire ? Ils devaient aider à installer un nouveau poste d’aiguillage électronique dans la gare et instruire le personnel local. Maxence avait 22 ans, Albain 18 et était son apprenti qui l’avait accompagné car il parlait parfaitement l’anglais, sa mère étant américaine. Maxence avait plus de difficultés avec la langue de Shakespeare.

Aucune activité n’étant prévue le week-end, les deux hommes étaient désœuvrés. Le dimanche, ils iraient visiter le musée ferroviaire d’York, le samedi ils découvriraient la ville de Whitby qui avait aussi son petit musée où ils arrivèrent à 11 heures. Le conservateur en personne, Mr Turner, un homme dans la soixantaine, les accueillit, leur demanda d’où ils venaient, puis leur dit :

— Vous avez de la chance, c’est le dernier week-end d’ouverture avant la pause hivernale et je vous offre l’entrée. Je vous servirai de guide si vous le désirez.

Ils acceptèrent avec plaisir et entrèrent dans la première salle. Ils étaient jeunes et ne furent pas sensibles au parfum de nostalgie qui se dégageait des objets exposés. Maxence pensa à un vide-grenier où les habitants de la ville se seraient débarrassés de leurs vieilleries. Mr Turner leur parla en détail des pièces maîtresses de la collection :

— Voici un pot de chambre qui provient du Royal Hotel, utilisé en 1842 par la reine Victoria lors de sa visite de la ville.
— Pourquoi est-il protégé par un couvercle en plastique ? s’étonna Albain.
— Il y avait malheureusement des étudiants facétieux qui le remplissaient lors de visites scolaires. Contre le mur vous voyez des photos de la visite de la reine Elisabeth II en 1958. Je me souviens très bien, j’avais quatre ans et c’est moi qu’on voit agiter un drapeau.
— Elle n’est jamais revenue depuis ?
— Hélas non, mais elle est âgée maintenant. Dieu la sauve !

Le conservateur leur montra ensuite une crédence :

— Elle provient du Sneaton Castle.
— Un château ? fit Albain. On peut le visiter ?
— Non, car il est hanté.
— Hanté par un fantôme ? C’est une légende.
— Pas du tout, il est hanté par un damoiseau né en 1864 et mort prématurément en 1886, un malheureux suicide. Ce jeune homme était un inverti et il importune tous les hommes qu’il croise, voulant, excusez ma vulgarité, les sodomiser.

Les deux visiteurs éclatèrent de rire. Mr Luton attira leur attention sur une réplique de la Petite Sirène de Copenhague en plastique injecté, offerte pas Mrs Smith, l’institutrice, souvenir de vacances dans cette ville en 1974. Après une demi-heure de visite, les deux jeunes gens en avaient assez mais n’osaient rien dire par politesse. Maxence avisa un objet dont le conservateur n’avait pas parlé :

— Qu’est-ce que c’est ? On dirait un…
— Oui, c’est un… phallus en érection, amulette que l’on portait autour du cou. Cela s’appelle un ithyphalle. C’est une reproduction utilisée par les figurants au théâtre de la ville lors de la représentation de Jules César, de Shakespeare, en 1995. À la suite d’une erreur de commande, le théâtre en a reçu 2000 pièces au lieu de 20. Je peux vous en offrir une, on dit que cela porte chance pour trouver une âme sœur.

Mr Luton ouvrit un tiroir et offrit deux pendentifs aux jeunes gens, ils les mirent autour du cou. La visite se termina. Albain demanda conseil pour la suite de la journée :

— Vous pouvez visiter l’église, le supermarché, j’oubliais, nous avons une très belle jardinerie. Je vais cependant vous proposer quelque chose de plus original. Ma fille et son mari font des massages, vous aurez 20% de rabais si c’est moi qui vous envoie.

Avant que Maxence et Albain ne réagissent, Mr Luton avait saisi le combiné du téléphone, modèle standard 1964 ayant appartenu au vicaire, et appelé sa fille.

— Voilà, dit-il ensuite en leur remettant des prospectus, vous avez rendez-vous à trois heures.
— Euh, merci, balbutia Maxence.

Maxence et Albain se sentirent obligés de laisser quelques livres pour l’association de soutien du musée avant de le quitter. Ils avaient faim.

— Il ferait le temps pour une bonne raclette, fit Maxence.
— Tu rêves, nous ne sommes pas en Valais. Je ne sais pas ce que cela donnerait avec du Stilton.
— Bon, alors un fish and chips ? On se fera un gueuleton ce soir, on regardera sur TripAdvisor quel est le restaurant le moins mauvais. Je te l’offrirai.

Les deux hommes s’assirent sur un banc au bord de la mer malgré le ciel gris pour déguster leur repas emballé dans une imitation de journal. Ils retournèrent chercher de l’eau brune qu’on leur vendit en leur disant que c’était du café. Albain lut le prospectus du massage :

— Massage holisitique pour atténuer la dichotomie entre ton corps et ton esprit. C’est quoi ce charabia ?
— C’est pour faire ésotérique.
— Tu as déjà eu un massage ?
— Parfois. Et toi ?
— Non, jamais.
— J’espère que ta copine n’est pas jalouse.
— Je… je n’en ai pas, dit Albain en rougissant. Je suis encore puceau.
— Excuse-moi, je ne voulais pas te mettre mal à l’aise en étant indiscret. Moi non plus, je n’en ai pas, on pourra se détendre sans arrière-pensées.

Albain espéra secrètement qu’il y aurait un happy ending, mais ce n’était pas possible pour ce prix, avec encore 20% de rabais. Il serait encore obligé de se branler seul dans sa chambre. Et se faire masser la bite par un homme pourrait être gênant, quoique… Albain banda.
« Modifié: 07 septembre 2021 par Lange128 »
Récits en cours :
Deux cousins - Deuxième partie
Nouvelles

Récits finis :
Un samedi à Whitby
Joël chez l'urologue (medfet)
L'invasion des Spermiphages - Le retour (gay cette fois)

Immunité (SF, gay, derniers épisodes)
Suite et fin de ce récit ici. Vous pouvez en lire le début, le début de « Deux cousins » ainsi que mes anciens textes sur Gai-Éros où je publie sous le pseudo de Jules1291 :
Ma page personnelle sur Gai-Éros

lelivredejeremie

*
  • ***
  • 315
  • +59/-0
    • Voir le profil
Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #1 le: 23 août 2021 »
J'ai googlé Whitby, et ça a l'air d'être chiant comme la pluie qui y tombe srmt en permanence, je comprends la déprime de tes malheureux persos   ???  Par contre, la visite du musée ridicule et pathétique, j'ai adoré, j'aurais ri de tout, et surtout des allusions historiques.
Maxence est objectivement hors débat, il ne reste que le beau-fils du gardien de musée et ses massages holistique, mais probablement un mec fade aux dents malfoutues comme tous les Anglais  ::)
Je crois que c'est l'histoire la plus triste et déprimante que tu aies écrite, du coup, ça va, toi ?  :-\
Some girls can make my day, but only boys make my hole weak.

Lange128

*
  • ****
  • 1074
  • +404/-0
  • Bis repetita placent
    • Voir le profil
Re : Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #2 le: 24 août 2021 »
J'ai googlé Whitby, et ça a l'air d'être chiant comme la pluie qui y tombe srmt en permanence, je comprends la déprime de tes malheureux persos   ???  Par contre, la visite du musée ridicule et pathétique, j'ai adoré, j'aurais ri de tout, et surtout des allusions historiques.
Maxence est objectivement hors débat, il ne reste que le beau-fils du gardien de musée et ses massages holistique, mais probablement un mec fade aux dents malfoutues comme tous les Anglais  ::)
Je crois que c'est l'histoire la plus triste et déprimante que tu aies écrite, du coup, ça va, toi ?  :-\

Je te rassure @lelivredejeremie, je vais bien et me sens beaucoup mieux qu’il y a quelques mois.

Ma vision de l’Angleterre dans ce texte est très caricaturale, j’y ai fait plusieurs voyages à d’autres saisons, c’est beaucoup plus gai (sans jeu de mots) et ce pays a un charme particulier, très différent du continent.

J’ai passé dans cette ville et aussi visité un musée comme celui-ci en Angleterre, ce devait être ailleurs, ils sont interchangeables. Pour être honnête, il y a aussi de petits musées de ce genre en Suisse. Il y avait effectivement des photos d’une visite de la reine quelques décennies plus tôt et des objets hétéroclites.

Lors d’une visite dans un château, on nous avait indiqué qu’une des pièces était hantée, je n’ai pas ressenti la présence du fantôme. Vrai également que lors d’un autre voyage on nous avait dit de visiter la jardinerie, seule « attraction » locale.

La deuxième partie de l’histoire devrait être plus concentrée sur les deux visiteurs que sur les Anglais.
Récits en cours :
Deux cousins - Deuxième partie
Nouvelles

Récits finis :
Un samedi à Whitby
Joël chez l'urologue (medfet)
L'invasion des Spermiphages - Le retour (gay cette fois)

Immunité (SF, gay, derniers épisodes)
Suite et fin de ce récit ici. Vous pouvez en lire le début, le début de « Deux cousins » ainsi que mes anciens textes sur Gai-Éros où je publie sous le pseudo de Jules1291 :
Ma page personnelle sur Gai-Éros

emmanolife

*
  • ***
  • 404
  • +34/-0
    • Voir le profil
Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #3 le: 24 août 2021 »
En fait, il faut savoir que les Anglais n'aiment pas dire les choses directement, ils préfèrent suggérer subtilement quand il y a un risque de froisser leur interlocuteur. Je pense que si tes deux héros avaient suivi la suggestion du conservateur, ils auraient découvert que, juste à côté de la jardinerie, se situe la "bawdy house" qui leur aurait permis de passer une joyeuse soirée. Comme ce sont tes héros, on se doute bien que leurs sens émoustillés, après le massage, vont les inciter à se faire du bien entre eux, sans avoir besoin de faire appel à des professionnelles !

Lange128

*
  • ****
  • 1074
  • +404/-0
  • Bis repetita placent
    • Voir le profil
Re : Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #4 le: 24 août 2021 »
En fait, il faut savoir que les Anglais n'aiment pas dire les choses directement, ils préfèrent suggérer subtilement quand il y a un risque de froisser leur interlocuteur. Je pense que si tes deux héros avaient suivi la suggestion du conservateur, ils auraient découvert que, juste à côté de la jardinerie, se situe la "bawdy house" qui leur aurait permis de passer une joyeuse soirée. Comme ce sont tes héros, on se doute bien que leurs sens émoustillés, après le massage, vont les inciter à se faire du bien entre eux, sans avoir besoin de faire appel à des professionnelles !

Merci @emmanolife pour ton commentaire.

Lorsque je publie un récit dans la catégorie « gay », avec deux hommes, je dévoile en même temps la fin, d’autant plus que j’ai déjà utilisé cette trame des dizaines de fois et très souvent lors de voyages. Ici c’est le lieu où se déroule le récit qui est intéressant.

J’ai eu l’idée du massage pour placer deux mots, mais je trouve ton idée de la « bawdy house » excellente. Chacun irait dans cet établissement pour montrer à l’autre qu’il n’est pas gay, tout en ayant une excuse prête d’avance pour ne pas se retirer dans une chambre avec les « hôtesses ».

Je vais y réfléchir, ce devrait être possible d’intégrer les deux, d’abord le massage l’après-midi puis la visite au bordel le soir.
« Modifié: 24 août 2021 par Lange128 »
Récits en cours :
Deux cousins - Deuxième partie
Nouvelles

Récits finis :
Un samedi à Whitby
Joël chez l'urologue (medfet)
L'invasion des Spermiphages - Le retour (gay cette fois)

Immunité (SF, gay, derniers épisodes)
Suite et fin de ce récit ici. Vous pouvez en lire le début, le début de « Deux cousins » ainsi que mes anciens textes sur Gai-Éros où je publie sous le pseudo de Jules1291 :
Ma page personnelle sur Gai-Éros

Philou0033

*
  • ****
  • 1784
  • +549/-0
  • L'amitié, c'est la joie de l'autre.
    • Voir le profil
Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #5 le: 24 août 2021 »
Bonjour @Lange128 !

Très sympa cette première partie.
J'ai suivi l’utilisation des mots proposés par @Louklouk et c'est à ton tour d'avoir suivi.
J'ai apprécié ce texte mais surtout, comme à ton habitude, une belle description des lieux où se déroule le récit.
Il me tarde de savoir comment les deux gars vont se débrouiller pour les massages, seront-ils présents en même temps?
Merci Daniel pour ce bon moment de lecture!

Je t'embrasse!
Philou

Lange128

*
  • ****
  • 1074
  • +404/-0
  • Bis repetita placent
    • Voir le profil
Re : Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #6 le: 24 août 2021 »
Bonjour @Lange128 !

Très sympa cette première partie.
J'ai suivi l’utilisation des mots proposés par @Louklouk et c'est à ton tour d'avoir suivi.
J'ai apprécié ce texte mais surtout, comme à ton habitude, une belle description des lieux où se déroule le récit.
Il me tarde de savoir comment les deux gars vont se débrouiller pour les massages, seront-ils présents en même temps?
Merci Daniel pour ce bon moment de lecture!

Je t'embrasse!
Philou

Bonsoir @Philou0033 et merci de ton commentaire.

J’ai essayé de mettre de l’humour dans mon texte comme d’habitude. Comme je l’ai dit plus haut, c’est en partie basé sur des souvenirs de séjours en Angleterre. J’ai moins envie de voyager maintenant, pas seulement à cause de la pandémie, mais on peut faire des voyages imaginaires et se remémorer des lieux qu’on a visités.

Je ne vais pas dire comment va se dérouler le massage pour ne pas gâcher le suspense, mais ta question est judicieuse. On peut aussi se demander s’ils seront entièrement nus ou pas, c’est parfois toléré ou alors il faut mettre un slip jetable ou garder son sous-vêtement.

Je t’embrasse.
Daniel
Récits en cours :
Deux cousins - Deuxième partie
Nouvelles

Récits finis :
Un samedi à Whitby
Joël chez l'urologue (medfet)
L'invasion des Spermiphages - Le retour (gay cette fois)

Immunité (SF, gay, derniers épisodes)
Suite et fin de ce récit ici. Vous pouvez en lire le début, le début de « Deux cousins » ainsi que mes anciens textes sur Gai-Éros où je publie sous le pseudo de Jules1291 :
Ma page personnelle sur Gai-Éros

Bouffondelalune

*
  • ***
  • 361
  • +299/-0
    • Voir le profil
Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #7 le: 25 août 2021 »
Bonjour @Lange128
Je viens de découvrir ce que @Philou0033 a écrit avec les 9 mots imposés.
J'ai donc été voir chez Louklouk et maintenant chez toi.
C'est assez amusant cette façon de rédiger un texte avec les mots proposés. Chaque auteur a sa façon de voir les choses et selon ses personnages favoris.
Merci pour cette première partie.
Bouffon (Philippe)

Lange128

*
  • ****
  • 1074
  • +404/-0
  • Bis repetita placent
    • Voir le profil
Re : Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #8 le: 25 août 2021 »
Bonjour @Lange128
Je viens de découvrir ce que @Philou0033 a écrit avec les 9 mots imposés.
J'ai donc été voir chez Louklouk et maintenant chez toi.
C'est assez amusant cette façon de rédiger un texte avec les mots proposés. Chaque auteur a sa façon de voir les choses et selon ses personnages favoris.
Merci pour cette première partie.
Bouffon (Philippe)

Bonjour @Bouffondelalune.

J’ai déjà jeté un coup d’oeil sur le récit de Philou et je vais le relire plus attentivement dès que possible.

Louklouk a aussi proposé ce qu’il appelle des phrasettes, le début d’un récit. Il y en a une nouvelle dans « À chacun son histoire » en plus des photos habituelles.

De quoi inspirer les auteurs, mais en ce moment c’est presque trop, je ne vais plus pouvoir suivre…

Merci de t’intéresser à mon récit.
Daniel
Récits en cours :
Deux cousins - Deuxième partie
Nouvelles

Récits finis :
Un samedi à Whitby
Joël chez l'urologue (medfet)
L'invasion des Spermiphages - Le retour (gay cette fois)

Immunité (SF, gay, derniers épisodes)
Suite et fin de ce récit ici. Vous pouvez en lire le début, le début de « Deux cousins » ainsi que mes anciens textes sur Gai-Éros où je publie sous le pseudo de Jules1291 :
Ma page personnelle sur Gai-Éros

Nostalgique

*
  • ***
  • 169
  • +86/-0
    • Voir le profil
Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #9 le: 26 août 2021 »
Salut ami Lange !
Ton début de récit m'interpelle en me replongeant dans l'Angleterre de mon adolescence : Dieu qu'on y mangeait mal ! C'était l'Angleterre puritaine mais où tout se passait derrière les tentures de velours qui cachait ce que les gens bien pensant ne voulaient pas voir ni même savoir mais dont tous rêvaient !
Je lirai la suite avec curiosité !
Nostalgique

Lange128

*
  • ****
  • 1074
  • +404/-0
  • Bis repetita placent
    • Voir le profil
Re : Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #10 le: 26 août 2021 »
Salut ami Lange !
Ton début de récit m'interpelle en me replongeant dans l'Angleterre de mon adolescence : Dieu qu'on y mangeait mal ! C'était l'Angleterre puritaine mais où tout se passait derrière les tentures de velours qui cachait ce que les gens bien pensant ne voulaient pas voir ni même savoir mais dont tous rêvaient !
Je lirai la suite avec curiosité !
Nostalgique

Salut ami @Nostalgique et merci de ton commentaire.

Je ne suis jamais allé en Angleterre plus longtemps que pour des vacances, je ne garantis pas que tout ce je raconte soit exact. Mon récit se déroule au 21ème siècle. Mon rêve serait d’écrire un récit s’y déroulant au 19ème siècle dans l’une des fameuses écoles avec internat, mais je n’aime pas les châtiments corporels.

Il ne me reste plus qu’à écrire la suite et j’espère qu’elle te plaira.
Daniel
Récits en cours :
Deux cousins - Deuxième partie
Nouvelles

Récits finis :
Un samedi à Whitby
Joël chez l'urologue (medfet)
L'invasion des Spermiphages - Le retour (gay cette fois)

Immunité (SF, gay, derniers épisodes)
Suite et fin de ce récit ici. Vous pouvez en lire le début, le début de « Deux cousins » ainsi que mes anciens textes sur Gai-Éros où je publie sous le pseudo de Jules1291 :
Ma page personnelle sur Gai-Éros

Lange128

*
  • ****
  • 1074
  • +404/-0
  • Bis repetita placent
    • Voir le profil
Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #11 le: 26 août 2021 »
Albain et Maxence retournèrent à l’hôtel après avoir mangé, ils logeaient au « Pier Inn », deux chambres au premier étage avec vue sur le fleuve Esk. Ils n’avaient pas beaucoup transpiré, mais ils prirent quand même une douche tiède — la chaudière devait être éteinte l’après-midi pour faire plaisir à Greta — avant de se rendre à pied dans Church Street pour le massage. Ils trouvèrent facilement la maison, elle était étroite, avait deux étages, les murs étaient recouverts de briques typiques de différentes couleurs. Le rez-de-chaussée était occupé par une boutique de souvenirs, ils entrèrent et se présentèrent. La vendeuse les fit passer par l’arrière où un escalier raide menait au premier étage. La masseuse et le masseur les attendaient. Ils étaient dans la trentaine, les deux grands et maigres, ils avaient les cheveux roux et étaient vêtus de robes de chambre bleues. Ils se présentèrent, Emily et Ryan. Ils demandèrent aux jeunes hommes s’ils avaient des problèmes de santé, puis s’ils avaient des préférences pour se faire masser par un homme ou par une femme.

— Je te laisse avec Emily, dit Maxence, cela ne me dérange pas d’être avec Ryan.

Albain acquiesça, il aurait préféré l’homme, mais pensa que c’était mieux ainsi, il aurait moins de risque d’avoir une réaction incontrôlable. Ils montèrent au deuxième étage. La chambre où se déroulait le massage était claire, les murs étaient blancs avec quelques tableaux abstraits. Des rideaux de voilage aux fenêtres assuraient la discrétion. Deux tables de massage se trouvaient au milieu de la pièce, il y avait encore des chaises, des valets pour déposer les vêtements ainsi qu’une commode sur laquelle étaient posés des produits cosmétiques. La chaleur était agréable, ils avaient dû chauffer un moment la pièce. Maxence se serait imaginé un endroit plus sensuel, éclairé avec des bougies, puis il se rappela que ce n’était pas un massage érotique. Ryan alluma une tablette et choisit une musique d’ambiance celtique en sourdine. Emily dit aux deux hommes :

— Nous allons vous laisser vous déshabiller, puis vous vous coucherez sur le ventre.
— Pouvons-nous être entièrement nus ? demanda Maxence.
— Ce serait préférable. Nous vous couvrirons avec une serviette. Si vous y tenez nous avons des slips jetables, mais personne n’en utilise par ici.
— Ce ne sera pas nécessaire.

Emily et Ryan sortirent, Maxence commença à enlever ses habits et à les poser sur le valet. Albain se sentit gêné de se trouver nu avec son collègue de travail, comme tous les hommes il trouvait son pénis trop petit. Ce n’était pas la même chose qu’avec les autres apprentis après les cours de sport, mais il n’avait pas le choix. Les deux hommes furent bientôt nus. Albain était rassuré, la bite de son collègue n’était pas beaucoup plus grosse que la sienne, du moins au repos. Ils se couchèrent sur le ventre.

La masseuse et le masseur revinrent et débutèrent le massage après les avoir couverts. Albain ferma les yeux pour mieux se concentrer sur les sensations nouvelles qu’il découvrait. Après le massage des jambes et du dos, Emily découvrit ses fesses. Il fut surpris, il aurait bien aimé que la femme lui enfonçât un doigt dans la rondelle pour lui titiller la prostate, mais elle se contenta de masser les lobes, il trouva très agréable et sentit du précum qui suintait de son méat.

Emily lui demanda de se retourner et de se coucher sur le dos. Il n’osa pas regarder dans quel état était son pénis, il avait au moins une demi-molle. Il eut la surprise de constater que les deux Anglais avaient enlevé leur robe de chambre et étaient nus, l’homme avait une longue bite circoncise et de petites couilles. Quant à Maxence il bandait sans complexes, Ryan ne semblait pas impressionné par cette érection.

Albain ne vit ensuite plus rien puisqu’Emily lui posa un morceau de tissu sur les yeux. Elle ne le recouvrit pas de la serviette et reprit le massage. Elle effleurait souvent les organes génitaux et les seins, ce qui provoquait à chaque fois des frissons à Albain. Il finit par avoir lui aussi une érection très dure.

Hélas le massage se termina, Emily et Ryan recouvrirent les deux hommes avec les serviettes et les laissèrent seuls quelques minutes. Albain était frustré, il aurait aimé se branler mais n’osa pas le faire. Maxence se leva et se rhabilla, Albain en profita pour mater sa bite encore dressée, puis l’imita.

Emily et Ryan revirent avec deux tasses remplies d’une infusion. Ils avaient remis leur robe de chambre.

— Ça vous a plu ? demanda la femme, je pense d’après les réactions physiologiques.
— Oui, fit Albain, c’était très bien. C’était le premier massage pour moi. Excusez-moi si j’ai…
— Pas de souci. Il faut qu’on vous explique quelque chose : nous ne pouvons pas faire de massages érotiques, ce serait assimilé à de la prostitution et cela découragerait d’autres personnes de venir. Nous devons être au service de tout le monde.
— Je comprends très bien, fit Maxence. Je ne m’attendais pas à un massage érotique, mais j’ai trouvé agréable d’être nu et d’avoir, comment avez-vous dit, une réaction physiologique.
— Je vais vous proposer quelque chose, dit Ryan. Mon frère tient ce que vous appelez en français une maison close, je vous donnerai l’adresse et un bon pour avoir 20% de rabais. Ainsi vous pourrez terminer ce que nous n’avons pas pu faire ici.
— Merci.

Les jeunes hommes payèrent et quittèrent la maison par la boutique. Ils retournèrent à l’hôtel. La patronne les accueillit chaleureusement :

— Vous avez passé une bonne journée ? Il fait beau, je vais vous servir le thé à l’extérieur. Je vous l’offre.

Maxence pensa que c’était très exagéré de dire qu’il faisait beau, un pâle rayon de soleil avait percé les nuages. Ils s’installèrent dans le jardin sous une petite charmille. La patronne leur apporta le thé avec des scones et de la crème.

— On peut mettre le massage sur la note de frais ? demanda Albain en riant.
— Je ne pense pas, nous n’avons pas demandé de quittance, et la comptable ne laisse rien passer. Je fais exprès de mettre les pourboires aux dames pipi pour la faire chier. Tu as aimé ?
— Oui, dommage qu’ils ne pouvaient pas nous masser jusqu’au bout.
— On se rattrapera ce soir au bordel. Grand jour pour toi, tu vas perdre ton pucelage !
— Dis, Maxence, je n’ai pas pu m’empêcher de voir que tu bandais alors que c’était un homme qui te massait.
— Cela ne fait pas de grande différence de se faire masser par un homme ou une femme, j’avais les yeux fermés, et toi tu bandais aussi avec une femme.
— Bon, c’est normal qu’un homme bande avec une femme. Ou bien ?
— Oui, tu as raison. Que dirais-tu d’aller manger à sept heures ? J’ai réservé au Ditto, c’est le meilleur d’après Tripadvisor.
— D’accord.

Ils montèrent dans leur chambre après avoir terminé le thé. Albain était impatient d’être seul, il se déshabilla et eut immédiatement une érection très forte, il se masturba devant le miroir de la salle de bain et éjacula immédiatement. Il n’avait aucune envie de perdre son pucelage avec une prostituée et avait déjà préparé son excuse, il était cependant curieux d’aller au bordel, ce serait la seule fois de sa vie. 
« Modifié: 26 août 2021 par Lange128 »
Récits en cours :
Deux cousins - Deuxième partie
Nouvelles

Récits finis :
Un samedi à Whitby
Joël chez l'urologue (medfet)
L'invasion des Spermiphages - Le retour (gay cette fois)

Immunité (SF, gay, derniers épisodes)
Suite et fin de ce récit ici. Vous pouvez en lire le début, le début de « Deux cousins » ainsi que mes anciens textes sur Gai-Éros où je publie sous le pseudo de Jules1291 :
Ma page personnelle sur Gai-Éros

Philou0033

*
  • ****
  • 1784
  • +549/-0
  • L'amitié, c'est la joie de l'autre.
    • Voir le profil
Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #12 le: 27 août 2021 »
Bonjour @Lange128 !
Belle suite.

Je me doutais bien que les deux garçons allaient se retrouver dans la même pièce pour le massage.
Ils sont nus et c'est pour Albain le premier massage. C'est donc une femme qui s'occupe de lui. C'est par contre un homme qui s'occupe de Maxence.
Le fait de voir que les masseurs soient nus n'arrive pas souvent, c'est semble-t-il le cas dans les camps naturistes et parfois lors de massages tantriques.
Voilà, le dernier mot "charmille" a été placé!

Merci Daniel pour ce bon moment de lecture!

Je t'embrasse!
Philou

Bouffondelalune

*
  • ***
  • 361
  • +299/-0
    • Voir le profil
Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #13 le: 27 août 2021 »
Bonjour @Lange128
Belle suite et belle conclusion.
Les massages prodigués ensemble sont souvent ceux donnés à des couples. Bien entendu les masseurs ne sont pas nus, mais dans ton récit, c'est même plus que probable.
Certains préfèrent que le masseur soit un homme et d'autre une femme.
Le principal c'est que le massage apporte de la zénitude aux deux garçons.
Bien à toi.
Bouffon

Lange128

*
  • ****
  • 1074
  • +404/-0
  • Bis repetita placent
    • Voir le profil
Re : Re : Un samedi à Whitby
« Réponse #14 le: 27 août 2021 »
Bonjour @Lange128 !
Belle suite.

Je me doutais bien que les deux garçons allaient se retrouver dans la même pièce pour le massage.
Ils sont nus et c'est pour Albain le premier massage. C'est donc une femme qui s'occupe de lui. C'est par contre un homme qui s'occupe de Maxence.
Le fait de voir que les masseurs soient nus n'arrive pas souvent, c'est semble-t-il le cas dans les camps naturistes et parfois lors de massages tantriques.
Voilà, le dernier mot "charmille" a été placé!

Merci Daniel pour ce bon moment de lecture!

Je t'embrasse!
Philou

Bonjour @Philou0033 et merci de ton commentaire.

C’est exact, les masseuses et masseurs sont nus surtout pour les massages tantriques qui finissent par les organes génitaux et parfois la prostate. Les massages naturistes mais pas érotiques sont plus rares, mais ça existe aussi.

J’avais prévu qu’ils auraient un massage complet mais ils n’auraient plus eu de raison d’aller au bordel et je désire écrire cette troisième partie avec l’idée d’emmanolife. Je vais aussi emprunter une idée de ton récit « Une nuit au château » pour la fin, j’espère que tu m’excuseras.

Je te souhaite un bon week-end et t’embrasse.
Daniel
« Modifié: 27 août 2021 par Lange128 »
Récits en cours :
Deux cousins - Deuxième partie
Nouvelles

Récits finis :
Un samedi à Whitby
Joël chez l'urologue (medfet)
L'invasion des Spermiphages - Le retour (gay cette fois)

Immunité (SF, gay, derniers épisodes)
Suite et fin de ce récit ici. Vous pouvez en lire le début, le début de « Deux cousins » ainsi que mes anciens textes sur Gai-Éros où je publie sous le pseudo de Jules1291 :
Ma page personnelle sur Gai-Éros