Bonjour Invité

fablelionsilencieux

*
  • ***
  • 484
  • +43/-0
  • à cœur vaillant...
    • Voir le profil
Piscine...et plaisir aqueux (OS-minet-gay)
« le: 22 juillet 2020 »
D’après le principe du sujet collectif : à chacun son histoire.

Celui-ci est simple, écrire un texte plus ou moins long en s'inspirant d'une image (photo ou dessin) proposée par le 1er des joueurs à avoir posté son récit sur la photo précédente.




Généralement il n’y a pas plus d’une douzaine de personnes présente dans l’eau, principalement des mamies ou des ménagères venues entre copines, c’est l’heure creuse d’un début d’après-midi de semaine, la plupart des gens travaillent, étudient, digèrent ou sont occupé encore autrement. 13.30h à 15.00h ,sauf le mercredi où la marmaille envahi les lieux en braillant, c’est le moment idéal pour s’accaparer d’un couloir et se détendre du stress en entretenant joliment ses muscles.

Les matinées étant accaparées par les écoles et après 15.30h la foule et les clubs se partagent à nouveau l’espace jusqu’à la fermeture à 19.30h.



Ce mardi quand j'arrivais, le couloir où je pratique habituellement ma coupure journalière, était déjà occupé par un nageur alignant les longueurs d’un crawl fluide et puissant.


J’étais à m’étirer que le bonnet de bain bleu foncé revenait dans ma direction. Arrivé au bord son propriétaire sorti du bassin d'une poussée sur les bras. devant moi dans un speedo bleu électrique bien rempli, retirant bonnet et lunettes, m’apparaissait un ange. Siméon était grand, pas loin d'1,85m, une peau parfaitement lisse, très légèrement halée, des yeux bleus à couper le souffle, azur pale, et des cheveux blonds, presque blancs, coupés sagement au-dessus de ses oreilles. Il était athlétique, sportif de longue date très certainement. J’apprendrais plus tard qu’il avait 19 ans, soit 6 ans de moins que moi et 6 centimètres de plus en taille.

Un sublime sourire ornât son visage, au moment où son regard croisa le mien alors qu'il avalait quelques gorgées d’eau d’une bouteille prise d'un sac posé à proximité.

étant métis, ma peau couleur café au lait contrastait énormément avec le blanc crème de Siméon. Mais, avant tout, camoufla avantageusement le feu qui me vint au visage et se serait vu assurément.

Enfin pour terminer ma présentation, Ludovico est mon prénom, il parait que je ne suis pas trop vilain à regarder, il est vrai que je prends soin de moi à tous les niveaux, et je suis gay, ceci explique mon attirance qui fut instantanée. pour autant je fis un gros effort pour ne pas montrer mon admiration -je ne connaissais pas l'orientation de ce splendide spécimen- et trahir le choc visuel dû au bonhomme. Je plongeais aussitôt que mon cerveau cria danger, un début d'érection se manifestant dans mon moule-bite couleur de "bouton d'or".
Et, pour garder contenance ainsi que reprendre mes esprits, revenant à mon but premier, j’entamais une longueur en nage papillon et retour en brasse.


Il replonge dans le même couloir, nage, entame la discussion entre deux longueurs. Tutoiement immédiat, nouveau dans le quartier, reprenant ses habitudes ici… Le feeling passe incroyablement, l’accroche parait réciproque, avec ce petit plus, magnétisme animal qui agite tout gaydar digne du nom. Bientôt 15.00h, malgré l’avantage de travailler de chez moi et à mon rythme, j’allais devoir sortir, une manipulation informatique de quelques secondes m’attendait impérativement, le client en avait besoin, afin de lui l’utiliser et le renvoyer dans ses services pour 16.00h au plus tard !

J’informait Siméon de mon départ. Il me dit qu’il sort également et le temps de récupérer ses affaires il me rejoindra dans deux trois minutes aux douches.

Le mur d’accès au couloir desservant la section homme : vestiaire, salle d’eau et la piscine était constitué de panneaux en verre sablé qui permettent à la luminosité naturelle d’éclairer les douches avec l’avantage de prévenir, en ombres chinoise, la venue d’autres personnes, sans la possibilité de vue inverse.




À ce moment-là, je revoie toujours la scène quand j’entre dans la pièce :
Un homme d'une bonne trentaine d'année se savonne, nu dans le fond. C’était l’autre seul représentant mâle des nageurs présents ce jour. Je choisi un endroit un peu mieux situé. D'où je suis je peux voir arriver les gens et observer toute la salle. Positon stratégique idéale !
L’ homme laisse couler l'eau sur sa tête, renversée en arrière. Il se rince, les yeux fermés.
J’ôte mon maillot, libérant ma queue qui prenant ses aises, tressaute de joie ! Et nu, je commence à me savonner avec mon gel-douche aux senteurs « agrumes ».

L’homme part alors que Siméon arrive ! Bon timing, nous voilà seuls.

Il se met sous une douche, à mon côté, me regarde de haut en bas, sourit en faisant un clin d’œil, se retourne innocemment et baisse son slip, m'offrant à voir des fesses lisses, blanches, magnifiques !

– Tu veux que je te savonne le dos, Siméon ?

– Si tu veux, bien volontiers.

Je ne me le fais pas dire deux fois, avec mon gel je lui savonne le dos, insistant bien sur les épaules, le savonne sous les bras et les flancs. Il se laisse faire, ne dit rien, mais respire plus fort et frémit doucement sous mes doigts. Je passe aux fesses, elles sont fermes comme je le subodorais. Je les masse doucement, mon index glisse dans la raie, je touche sa rondelle, il se cambre et écarte un peu les jambes. Un coup d’œil en biais me montre un beau manche d’albâtre prépucé de 17*4, -contrairement au mien qui est circoncis, casque rosâtre sur hampe large et foncée- ... Son souffle s'accélère, moi aussi je me sens très excité. De temps à autre, je guigne vers l'entrée, personne ne vient, tant mieux !

– C'est bon, c'est bon !!! souffle-t-il pendant ma manœuvre.

Mon érection est totale et je frôle de mon gland l’arrière de sa hanche, j'aimerai le prendre tout de suite ce mignon viking !

– Tu veux que je te savonne devant aussi ? Tourne-toi !

– Oh la vache ! Ludo, ce qu’elle est grosse ! lâche-t-il au visu de mon gourdin au maximum de sa forme.

– La tienne est pas mal non plus, tu sais que tu es sacrément mignon… des deux côtés !

Tout en discutant je lui savonne la poitrine, le ventre et je commence à le caresser en branlant doucement sa jolie trique, jouant de la mousse sur son gland décalotté. Il tient maintenant ma bite dans ses mains, comme s'il en prenait mesures et consistance ! (18*5)

Ses mains alternent sur moi et me caressent, quasi en miroir aux miennes. Elles vont sur tout mon corps, de ma poitrine à mes couilles, en passant par mes fesses. Il glisse et s’agenouille devant moi puis commence à lécher mon mandrin, d’abord avec des petits coups de langue, avant de l'avaler et de me sucer en expert. Je suis tellement excité que j’ai envie de jouir en quelques minutes, je lui pousse la tête pour le prévenir. Il s’agrippe à mon fessier pour me garder en bouche et j’explose dans son gosier. Il avale toute ma production, sans en laisser une goutte. Quand il m’a bien nettoyé de la langue, il se relève et, accroché à mon cou, m’embrasse à pleine bouche. Je sens le goût de mon sperme dans notre baiser fougueux. J’en profite pour le branler car je sens sa queue gonflée palpiter d'impatience contre la mienne.

A mon tour, je me baisse et prends cette belle asperge à la pointe violine-rosé toute décalottée sous l'effet de l’excitation, entre mes lèvres. Je dois m’y prendre tout aussi bien que lui j’imagine, car deux-trois minutes après je sens qu’il va jouir. Les yeux fermés, il pousse sur ma tête pour que je continue à le sucer, mais j’ai un peu peur, ainsi je ne vois plus l'entrée et lui non plus. Je réfléchis très vite et me dis que je n’ai vu aucune ombre prendre l'accès au bassin... je vais jusqu’au bout de son plaisir. Je sens son sperme qui envahi ma bouche, alors que j'ai entré mon index dans son cul et sollicite sa prostate. J’en avale un bon peu mais je recrache le reste, tant il m'a envoyé de giclées dans la gorge.

Je lèche sa queue pour la nettoyer nickel et je me relève. Nous nous embrassons de nouveau et restons une minute collés l’un à l’autre sous les jets d'eaux, ensuite nous prenons la direction des vestiaires.




Nous sommes sortis ensemble de la piscine et, ayant acquiescé le regard lubrique, suite à mon invitation de venir à la maison, ce fut rapidement que nous en primes le chemin. Ce parcours, prélude cérébral aux grandes manœuvres à venir, fit que je bandais comme un âne tout le trajet…




***/***



Aujourd’hui, presque deux ans plus tard, nous sommes en plein préparatifs de mariage…

Puis, il y a peu, nous avons aussi rejoint une équipe de water-polo gay, "Les Crevettes Pailletées", mais ça…


… on devrait en faire un film pour tout vous raconter !




Fin

bech

*
  • ***
  • 345
  • +70/-0
    • Voir le profil
Re : Piscine...et plaisir aqueux (OS-minet-gay)
« Réponse #1 le: 22 juillet 2020 »
Je ne m'en souvenais plus de celle là, mais c'était vers le début de ma fréquentation de 3a chacun son histoire".

Louklouk

*
  • ***
  • 218
  • +61/-0
    • Voir le profil
Re : Piscine...et plaisir aqueux (OS-minet-gay)
« Réponse #2 le: 23 novembre 2020 »
Coucou !
Je ne l'avais pas lue, celle-là : la photo ne me dit rien.
Le mode opératoire, comme on dit dans la police, rappelle un peu Lange128 : douche, approche directe, pas de minauderies, passage à l'acte immédiat !
Mais si c'est pour le bon motif... le mariage ! (ça, c'est typiquement du Louklouk !)
Mignon et fantasmatique, en tout cas !

fablelionsilencieux

*
  • ***
  • 484
  • +43/-0
  • à cœur vaillant...
    • Voir le profil
Re : Re : Piscine...et plaisir aqueux (OS-minet-gay)
« Réponse #3 le: 24 novembre 2020 »
Coucou !
Je ne l'avais pas lue, celle-là : la photo ne me dit rien.
Le mode opératoire, comme on dit dans la police, rappelle un peu Lange128 : douche, approche directe, pas de minauderies, passage à l'acte immédiat !
Mais si c'est pour le bon motif... le mariage ! (ça, c'est typiquement du Louklouk !)
Mignon et fantasmatique, en tout cas !


Écrite sur une photo postée le 19/11/2019 sous le nom de fabinou123 - Nod81im- (ACSH. Docti) toi, tu as envoyé un texte publié le 28/11/2019 !

https://forum.doctissimo.fr/doctissimo/recits-erotiques/histoire-sujet-collectif-sujet_17809_35.htm#t3158573

emmanolife

*
  • ***
  • 413
  • +35/-0
    • Voir le profil
Re : Re : Piscine...et plaisir aqueux (OS-minet-gay)
« Réponse #4 le: 24 novembre 2020 »
Coucou !
Je ne l'avais pas lue, celle-là : la photo ne me dit rien.
Le mode opératoire, comme on dit dans la police, rappelle un peu Lange128 : douche, approche directe, pas de minauderies, passage à l'acte immédiat !
Mais si c'est pour le bon motif... le mariage ! (ça, c'est typiquement du Louklouk !)
Mignon et fantasmatique, en tout cas !


C'est sûr que s'il y avait un mariage chaque fois que deux mecs se sucent sous la douche...
Il y aurait peut-être aussi plein de divorces !!! :)

fablelionsilencieux

*
  • ***
  • 484
  • +43/-0
  • à cœur vaillant...
    • Voir le profil
Re : Piscine...et plaisir aqueux (OS-minet-gay)
« Réponse #6 le: 24 décembre 2020 »

Voici un texte qui m’a été envoyé par Anonymous (petit délire de confinement)
En préambule, un extrait du mot qui l’accompagnait :
 
« Bonsoir, Fab.
Le titre de ton histoire de piscine m'a inspiré le texte ci-dessous.
En fait, ce que j'ai fait, c'est une homophonie approximative à partir de ton titre.
C'était un jeu littéraire, sur une émission littéraire que j'aimais bien écouter sur France Culture, "Des papous dans la tête."
Pour la publier, je la verrai bien comme une contribution à ton topic "Piscine et plaisirs aqueux",… »


Chocolatine et plaisir sans queue…

Quand je suis arrivé devant la boulangerie, il y avait au moins cinquante personnes qui patientaient sagement, masqués et respectant une distanciation d’un bon mètre. La file se prolongeait sur le trottoir jusqu’au coin de la rue. C’était le premier jour du confinement, j’ai été surpris, mais je me suis dit qu’il allait falloir s’y habituer. J’évaluais l’attente à une bonne demi-heure, et J’ai d’abord failli renoncer à mes achats. Je pouvais aussi me débrouiller autrement, ouvrir un paquet de gâteaux secs.

Et puis je me suis souvenu de Siméon. Je l’avais rencontré une semaine plus tôt dans un bar du centre-ville, de ce genre de bar où on va pour rencontrer des garçons, et où on ne fait pas que boire et discuter.

Nous avions passé un bon moment ensemble, sa carrure athlétique, la vigueur de sa musculature, et l’enthousiasme de ses vingt ans compensant largement l’absence de sophistication de son approche. Au moment de nous séparer, il m’avait indiqué qu’il travaillait comme pâtissier boulanger dans la boutique où j’avais mes habitudes, il m’avait donné son numéro de téléphone et invité à venir le voir dans la journée avant 15 heures.

Ce jour-là, il était 11 heures, j’ai donc envoyé un petit message à Siméon, qui m’a instantanément répondu : « bouge pa jarive ». Il est apparu à une porte latérale et je l’ai suivi dans son antre. Dès la porte fermée, il s’est jeté sur moi, m’a roulé un grand patin, m’a caressé les fesses puis mis les mains dans la culotte, ce qui lui a permis de constater que mon érection était en cours d’épanouissement. Il m’a alors clairement montré qu’il était dans le même état, puis m’a dit : « je n’ai pas trop de temps car il faut que je lance la prochaine fournée de baguettes dans 5 minutes, mais bon, ça devrait le faire. »

Etonnamment, ça l’a fait. Il m’a juste indiqué comment je devais m’installer, les mains sur la table, les genoux légèrement pliés, il a baissé mon pantalon, et, après les préparatifs rituels, m’a pénétré, fermement mais sans brutalité. Nous avons tous les deux joui presque ensemble, et je dois dire que c’était très plaisant. J’en ai gardé la notion que la durée de l’acte n’était peut-être pas le facteur principal dans l’intensité de l’orgasme.

Après un peu de ménage, de rajustement de notre habillement, il allait pour enfourner ses baguettes et j’allais partir, quand je me suis souvenu : « au fait, j’étais juste venu chercher une chocolatine. Tu pourrais m’en donner une ? ». Il s’exécuta, et referma la porte derrière moi en me disant : « tu reviens quand tu veux, Ludo ! ».

Mes envies de viennoiserie devinrent bien plus fréquentes.

Siméon était un pâtissier hors pair. Au moment de Noël, il faisait une bûche au café au moelleux mémorable. Puis une galette des rois dont la frangipane était la meilleure que j’ai jamais goûtée. Puis pour la Chandeleur un gâteau de crêpes mémorable. La recette en est pourtant simple, des crêpes fourrées, avec des crèmes de différents parfums, roulées puis découpées en tranches de quelques centimètres, posées verticalement côte à côte sur une fine génoise et soudées entre elles par une mousse légère… Chaque bouchée avait un parfum différent qui explosait les papilles….

Au total, à la fin du confinement, j’avais pris plus de trois kilos quand je montai sur ma balance. Je me suis dit qu’il valait mieux espacer mes visites à Siméon, et j’ai repris les séances d’entraînement au club de gym.

Là, j’ai fait la connaissance de Philibert, un grand gaillard comme je les aime, avec qui je partageais de longues séances sportives, à la salle d’abord, puis chez lui ensuite, où on faisait travailler un autre ‘muscle’ bien particulier (il appelait ça de l’entraînement fractionné).

Tant et si bien qu’après six semaines, j’ai retrouvé mon poids d’origine et j’ai pu reprendre mes visites à Siméon. Je trouvais alors un rythme d’activité qui me convenait assez bien :

lundi – mercredi – vendredi : sport avec Philibert

Mardi – jeudi – samedi : pâtisserie avec Siméon.

Le dimanche était consacré aux activités familiales.

C’était, je crois, la période la plus heureuse de ma vie. Deux amants alternés, des plaisirs variés et complémentaires ! Elle a fini par s’arrêter, mais c’est une autre histoire.