Bonjour Invité

fablelionsilencieux

*
  • ***
  • 444
  • +40/-0
  • à cœur vaillant...
    • Voir le profil
Bonjour à tous,

Je fais partie des rescapés des "récits érotiques" de Doctissimo où nous avions un jeu/défi entre auteurs.
En partant d'une photo ou image, rédigé une historiette qui s'en inspire.

Ceci est un essai reprenant le principe, ne connaissant pas encore New Doc et toutes ses possibilités.

Ci-dessous l'idée de base:

Règlement général du topic : A chacun son histoire ;
Selon celui d’origine (2014) avec mise à jour, juillet 2020.
1- Ici vous pouvez écrire des textes qui vous auront étés inspiré par une image postée précédemment. Vous pouvez écrire toute sorte de texte (fantastique, historique, humoristique, triste, gai -et pas forcément gay-, mélange de tous genres ou sans sexe, érotique -mais pas simplement pornographique- ou coquin, etc.) en format court (nouvelle, OS).

2- Ecrire n'est pas obligatoire, vous pouvez être présent en simple lecteur/commentateur. (point besoin de rester dans l'ombre) Seul impératif, les commentaires doivent êtres respectueux. Si critique négative il y a, argumentez.

3- Vous pouvez être plusieurs à écrire un texte sur une même photo, puisque c'est le but recherché.

4- La première personne à avoir fait posté son texte est celui/celle qui postera l'image suivante.

5- Ne pas oublier : texte envoyé en MP via le maitre du jeu ou le facteur du moment. Pour garder la publication anonymisée sur le topic où les lecteurs et/ou auteurs doivent essayé de découvrir le nom du véritable plumitif, l'image restera une semaine en place minimum sans récit supplémentaire posté, avant d'en proposer une autre. (ce délai d'une semaine est flexible si besoin)

6- Les textes doivent convenir au plus grand nombre. C'est pour cela que les thèmes de styles extrêmes ou hors chartes ne sont pas admis. Pas non plus de Pornographie pure. Je me répète mais je préfère prévenir que guérir. Un texte de 500 mots dont 450 sont sexuels/gores/bdsm/... peuvent plaire sur d'autres forums, mais hors-sujet sur "A chacun son histoire"

Bonne lecture ;



Attention : la photo est en bas de texte (grand format en cliquant dessus)


L’auteur inconnu désire rendre à Lange et Louklouk ce qui leur appartient, soit le début de ce récit et les prénoms des personnages.

Strasbourg, un samedi soir, 23 heures. Trois jeunes hommes pissent dans le Bassin d’Austerlitz.

— Range ta bite maintenant, dit Matthieu à son voisin Renaud.
— Et pourquoi ? Elle te trouble ?
— Elle est plutôt obscène, fit Johann. On t’a déjà dit qu’elle était énorme ?
— Non, jamais.
— Soit tu mens, soit tu es encore puceau.
— Ou alors il bandait, ajouta Matthieu.
— Je suis puceau…
— Ça m’étonne pas, je l’aurais parié. On va où pour boire un verre ?

Les trois amis venaient de sortir du cinéma multisalle Ciné Cité.

— Je pourrais vous inviter chez moi, proposa Renaud, mes parents et ma sœur sont en vacances.
— Pourquoi pas ? dit Matthieu. Au moins on ne risquera pas de choper la Covid dans un bar. C’est loin d’ici ?
— À cinq minutes.

Renaud habitait au premier étage d’un immeuble ancien à colombages de la Rue St Urbain.

— Eh bien, dit Matthieu, il gagne bien sa vie ton père. Il est immense cet appart’.
— Il est le chef de la logistique au Parlement européen, il gère les déplacements entre Bruxelles et Strasbourg.
— En effet, c’est une tâche essentielle.

Ils s’assirent dans de larges fauteuils de cuir, Renaud déboucha une bouteille de Crémant d’Alsace et apporta un kouglof salé. Ils trinquèrent.

— Santé ! fit Renaud. Et encore désolé pour le film.
— Ouais, dit Johann, tu aurais dû savoir que le nombre de places est limité à cause de la pandémie.
— Et qu’on peut réserver à l’avance sur Internet quand on organise des soirées ciné pour les amis, ajouta Matthieu.
— On a quand même vu un film. Je ne savais pas que… que c’était un film qui parlait d’homosexualité.
— On en a vu d’autres, dit Johann, et Timothée Chalamet n’est pas désagréable à regarder.
— Dommage qu’on n’ait pas vu sa bite, regretta Matthieu.
— Je pense que ce n’était pas prévu dans son contrat, expliqua Renaud.

Les trois terminèrent leurs flûtes tout en dégustant le kouglof.

— Dis-moi, Renaud, fit Johann, pendant que tu étais à la caisse, j’ai regardé sur Internet, il y avait encore assez de places pour le film qu’on avait prévu de voir, l’épisode 125 de « Star Wars ».
— C’est donc toi qui voulais voir « Call Me By Your Name », ajouta Matthieu.
— Vous avez raison, avoua Renaud. Je suis encore désolé de vous avoir imposé ce film.

Matthieu regarda Johann :

— Il mérite une punition, tu es d’accord ?
— Certainement. Puisqu’on n’a pas vu la bite de Timothée, on va voir la sienne, elle avait l’air prometteuse dans la bande-annonce au bord du bassin.
— Que veux-tu dire ? s’inquiéta Renaud.
— C’est ça que tu voulais, non ? Nous montrer ta bite ? Et plus si entente ?
— Tu ne pourras plus dire qu’on ne t’a jamais dit qu’elle est énorme.
— Et tu ne pourras plus dire que tu es puceau.
— Si vous insistez… Je veux bien.

Renaud décrocha la ceinture de son jeans.

— Tu as des pêches ? demanda Matthieu.

fablelionsilencieux

*
  • ***
  • 444
  • +40/-0
  • à cœur vaillant...
    • Voir le profil
Re : à chacun son histoire !!!
« Réponse #1 le: 22 juillet 2020 »


 

La 5ème, la 6ème, la 7ème et la 8ème république avaient été balayées par des mouvements populaires. La 9ème tenait le coup depuis de longues années maintenant.

Les lois avaient changé. Elles étaient plus strictes et les punitions plus sévères. Les salles de spectacles comme les cinémas, les théâtres, les salles de concert, mais aussi les boites de nuit étaient devenus des tribunaux populaires où les juges et les jurés étaient tirés au sort.

A l’entrée, on tirait dans une urne un numéro de place où on devait s'installer et un ordinateur, aléatoirement tirait au sort qui ferait quoi !
J'étais déjà passé par là, à la fac, mais en tant que coupable !
J'avais répondu à un de mes profs qui n'avait pas apprécié ma remarque sur l'éducation dispensée dans ses cours !
Un conseil de discipline siégeait en permanence et j'y fus aussitôt convoqué.

Je n'essayais même pas de me défendre, ça aurait aggravé mon cas...
La sanction tomba !

Je serai fessé cul nu à midi, à la fin des cours, devant tous les étudiants réunis pendant cinq minutes, plus cinq autres minutes pour avoir raté les cours, puisque j'étais convoqué devant le conseil de discipline !

Moi, je suis le mec un peu blond roux au deuxième rang, celui qui ne regarde pas ce qu'il se passe sur scène.
C'est trop pour moi !

Mon meilleur pote est en train de se faire sodomiser car il a traité un flic d'enculé parce qu'il l'avait verbalisé pour une broutille !

Il avait mis trop longtemps à sortir sa carte d'identité !

Pourquoi c'en est trop pour moi ?
Mon meilleur pote, celui avec qui on se dit tout, celui avec qui je partage mes secrets, celui qui sait que je suis gay et que je suis amoureux de lui, celui qui s'est toujours refusé à moi car "hétéro", est là sous mes yeux en train de se faire enculer !

Mais ce qui me dégoute vraiment c'est qu'il bande comme un âne et qu'il supplie son bourreau de continuer parce qu'il va bientôt jouir !

fablelionsilencieux

*
  • ***
  • 444
  • +40/-0
  • à cœur vaillant...
    • Voir le profil
Re : à chacun son histoire !!!
« Réponse #2 le: 22 juillet 2020 »

Cette année-là, la salle polyvalente donnait des ciné/spectacle pour le mois des fiertés. J’avais déjà vu plusieurs des films proposés et, mes horaires d’électricien dans une grosse boite étant chargés, je ne réservais en ligne que pour assister à la dernière séance du samedi, jour de clôture.

Après une chaude journée au boulot, j’avais eu juste le temps de rentrer me doucher de ma sueur et me changer pour une tenue légère et décontractée. Petit marcel blanc sous une chemise à carreaux -pour les poches et ainsi ne pas mettre de veste-, un short de sport ample enfilé sur mon cul nu, enfin, baskets et chaussettes basses aux pieds complétaient l’ensemble. À 19.20 h, je m’engouffrais dans l’édifice communal, dix minutes avant l’extinction des lampes.

Je me retrouvais au premier rang entre deux autres barbus que j’estimais de mon âge. La salle était bien remplie déjà, même s’il restait des places vides, mais il y avait encore du monde qui arrivait.

La programmation était :
19.30, Pride (2014) 1.59 h. (Été 1984, sous Thatcher, des activistes gays et lesbiens gallois récoltent de l’argent pour soutenir les mineurs en grève. Ainsi débute l’histoire extraordinaire de deux communautés que tout oppose, mais qui finiront par s’unir.)

Entracte bar et espace fumeurs ouvert.

22.00 h, Shortbus (2006) 1.42 h. (le film suit plusieurs personnages new-yorkais dont les aventures tragi-comiques naviguent entre sexualité et sentiments. Attention, ce film contient des scènes à caractère érotique/pornographique.)

et une prestation à minuit d’une troupe de ‘circassiens de l’irréel’ selon l’annonce de leur prestation. Les farfadais, illustres inconnus pour moi à l’époque.

Premier film fort plaisant et à l’humour tout à fait British.

Une Leffe blonde et un pipi plus tard, retour au noir et le second film était lancé. J’eu des soubresauts sous la ceinture, certains passages étant fortement explicites et visuelles, surtout qu’aux premières loges et en gros plan, c’est surprenant !

J’avais discrètement coincé ma bite entre mes jambes croisées. Mes voisins semblaient avoir le même problème, puisqu’ils firent pareils peu après.

Seconde coupure où les toilettes furent prisent d’assaut, personnellement j’attendis les dernières minutes pour aller vider ma vessie -mon mat enfin au repos- avant la montée en scène des artistes …

WOW !!! Sous mes yeux ébahis évolue le merveilleux !

J’avais le regard hypnotisé par ces apparitions, leurs costumes somptueux et féeriques où plumes, strass, paillettes, tulles et voiles arachnéens, -les rendant à peine décents parfois- se cachait la plastique quasi nue de superbes Princes charmants et Princesses de rêves !

On eut droit à d’affolants numéros, souvent aériens, parfois aquatiques, mais toujours accompagnés de musiques et lumières au tempo millimétré avec les mouvements plus que sensuels des interprètes qui communiaient entre eux.

Tout du long je sentis courir le long de mon dos de délicieux frissons et, malgré la dose d’érotisme présente, mon anatomie resta sage, tant j’étais subjugué !
Je croit bien que ma bouche est restée ouverte la plupart du temps.

Le final, deux hommes aux corps dignes de représenter des divinités Grecques ou Romaines et habillés de strings minimalistes couleurs chair, fut l’apothéose, danse acrobatique de deux corps fusionnels sous des jets d’eaux avant le fondu au noir … Lumières, toute la petite troupe d’alors était au bord de la scène face à nous, les deux ruisselants à moins de trois mètres de moi.
Ils étaient tellement moulés par le tissu humide que je pouvais voir le relief de leurs bijoux intimes aussi bien que s’ils étaient vêtus d’une matière transparente.
Pas trois secondes que les spots s’étaient rallumés que la salle était debout, les spectateurs applaudissant, ovationnant, hurlant des bravos !

Dans mes souvenirs, l’acclamation dura au moins dix minutes, baisser et lever de rideaux se succèdent ainsi que les saluts des artistes, un dernier rappel et le rideau tomba définitivement. J’avais eu mal aux mains et la voix cassée.
J’attendis que la salle soit presque vide pour partir, préférant me remettre de mes émotions avant de retourner chez moi. Je sortait dans la douceur de la nuit et repris le raccourci longeant l’immeuble, l’espace d’un camion, reliant deux rues qui permettait d’accéder à l’entrée des artistes et au quai de déchargement des décors et accessoires nécessaires sur scène.
Je m’engouffrais bon dernier dans la ruelle, la tête continuellement dans le kaléidoscope visuel et auditif que je venais de subir avec plaisir.

Je faillis percuter l’homme qui sortait de la petite porte, seul le flash de lumière à son ouverture et qui me fit sursauter, me ramena sur terre… ou au paradis !

Sous la petite lanterne extérieure, j’avais devant moi l’un des plus beaux spécimens humains qu’il m’avait été donné de voir. Dans sa tenue de scène, un collant taille basse blanc nacré et chaussons assortis, avec une serviette éponge rose autour du cou, se tenait l’acrobate aérien sur tissu du groupe, un bébé imberbe et bronzé, 1.85m de muscles fins roulant sous sa peau. Les yeux noirs et les tifs d’un latino, le sourire permanent d’une pub pour dentifrice et, quand il me présenta ses excuses, une voix profonde et trainante à l’accent hispanique. Il sortait fumer une cigarette pendant que son collègue de loge accaparait la petite douche y attenant, m’apprit-il en me tendant son paquet de cigarette ouvert.

J’en pris une en louchant par-dessus son poignet sur le paquet que faisait son entre-jambe et je peux vous dire que vu de près, il ne portait pas de coquille sous sa parure, il portait à gauche, était circoncis et avait de fameuses noix, ça c’était une certitude !
Et je l’imaginais même nu dessous, ne voyant aucune trace permettant de distinguer l’élastique d’une ceinture de sous-vêtement quel qu’il soit.

Je buggais un grand moment, alors qu’il tenait le feu du briquet sous ma cigarette, oubliant d’inspirer pour l’allumer.
Je pensait que c’était la lueur dansante de la flamme qui me donnait des hallucinations, je voyais l’excroissance prendre de l’ampleur… mais non ! je n’avais pas la berlue. Et ça s’allongeait toujours !!!

— Tou espèrrres aller loin comme ça ? me fit-il en poignant ma bite qui pointait raide dans mon short.

Cette salope là vivait sa vie, sans que je m’en soit rendu compte !!

Bon, la sienne faisait pareil et cherchait à s’échapper par le haut. Elle soulevait le tissu près de son pubis, à la hauteur de l’os iliaque, et le gland s’y montrait à demi, luisant de mouille.

Je réagissait enfin et entrainais ce grand costaud viril de quelques pas vers l’ombre formée par le renfoncement du quai.

Je le galochais goulument tout en baissant son collant sous ses couilles et fesses, lui avait fait tombé mon short sur mes pompes et, un de ses pieds posé dessus, il me le fit abandonner au sol en me soulevant les panards l’un après l’autre.
Ma chemise et mon marcel prirent le même chemin et je me retrouvais en centre-ville, à poil, dehors et chaud comme la braise !

(OK, de nuit et dans un coin sombre, mais quand même !)

Quelques prélis plus tard et une capote sortie de ma chemise, j’avais son démonte pneus qui me ramonait l’arrière train dans les règles de l’art. notre excitation et la situation plus qu’insolite, fit qu’on ne résista pas longtemps, il vida ses burnes en mordant mon épaule, puis, sans déculer, il me branla à toute vitesse d’une main, l’autre plaquée sur ma bouche depuis le début des réjouissances -je vocalisait trop à son gout- criant dedans chaque fois que ma prostate était malmenée et je giclais comme un furoncle à point explose, envoyant du sperme par-dessus le quai.

Nous terminions de nous rajuster, enfin surtout moi bien sûr, tout en discutant et il venait de s’allumer une clope quand la porte s’ouvrit et qu’un autre lascar de son acabit mais blond comme les blés fit son apparition en l’interpelant :

— Luis, qu’est’ ce tu fout ? j’ai eu le temps de m’habiller et toi tu fais la causette ! Les autres sortent par devant pour rejoindre l’hôtel. Tu viens ? ils veulent fermer !

— Va chercher nos sacs si tou veux bien. Ze n’ai pas fini la conversationne avec Mossieur. Il vient dé m’inviter à prendre un verre chez lui ! C’est à deux pas, avec ma veste ça ira. La douche attendra un peu.

— Oh, tu as trouvé un camarade de jeu si je comprends bien ! sourit-il.

Et moi, sortant de ma réserve :

— Mon frigo a suffisamment de stock pour un troisième si ça vous dit !

Et c’est comme ça que j'ai fini sur les rotules le dimanche soir après leur départ, toutes leurs coordonnées en poche.

Six mois plus tard je quittais mon emploi pour devenir technicien monteur dans la troupe de mon bel hidalgo.

Depuis nous sommes marié et nous invitons régulièrement Bruno, notre blondinet, à nous rejoindre pour souper…

fablelionsilencieux

*
  • ***
  • 444
  • +40/-0
  • à cœur vaillant...
    • Voir le profil
Re : à chacun son histoire !!!
« Réponse #3 le: 22 juillet 2020 »
Pour ceux qui n'auraient pas compris :

Les chapitres -ici trois mais parfois bien plus- sont les textes de différents auteurs qu'ils m'ont envoyés via MP et que je poste sans leurs noms au départ.

Et les lecteurs postent un commentaire et/ou le nom de l'auteur s'ils pensent l'avoir reconnu. (les joueurs et commentateurs finissent par se connaitre et reconnaitre bien souvent)

Aprés un certain délai je fourni les noms des "anonymes" et on passe à une nouvelle photo (suivant le lien que le gagnant me fourni) et c'est reparti !!!

je remet ici la base:

 
Règlement général du topic : A chacun son histoire ;
Selon celui d’origine (2014) avec mise à jour, juillet 2020.

1- Ici vous pouvez écrire des textes qui vous auront étés inspiré par une image postée précédemment. Vous pouvez écrire toute sorte de texte (fantastique, historique, humoristique, triste, gai -et pas forcément gay-, mélange de tous genres ou sans sexe, érotique -mais pas simplement pornographique- ou coquin, etc.) en format court (nouvelle, OS).+- 300 à moins de 2000 mots.

2- Ecrire n'est pas obligatoire, vous pouvez être présent en simple lecteur/commentateur. (point besoin de rester dans l'ombre) Seul impératif, les commentaires doivent êtres respectueux. Si critique négative il y a, argumentez.

3- Vous pouvez être plusieurs à écrire un texte sur une même photo, puisque c'est le but recherché.

4- La première personne à avoir fait posté son texte est celui/celle qui postera l'image suivante.

5- Ne pas oublier : texte envoyé en MP via le maitre du jeu ou le facteur du moment. Pour garder la publication anonymisée sur le topic où les lecteurs et/ou auteurs doivent essayé de découvrir le nom du véritable plumitif, l'image restera une semaine en place minimum sans récit supplémentaire posté, avant d'en proposer une autre. (ce délai d'une semaine est flexible si besoin)

6- Les textes doivent convenir au plus grand nombre. C'est pour cela que les thèmes de styles extrêmes ou hors chartes ne sont pas admis. Pas non plus de Pornographie pure. Je me répète mais je préfère prévenir que guérir. Un texte de 500 mots dont 450 sont sexuels/gores/bdsm/... peuvent plaire sur d'autres forums, mais hors-sujet sur "A chacun son histoire"

7- Respectez-vous les uns les autres.

8- Amusez-vous et prenez du plaisir à pratiquer cet art qu'est l'écriture/la lecture.

j'espère n'avoir pas été trop confus.

emmanolife

*
  • ***
  • 404
  • +34/-0
    • Voir le profil
Re : à chacun son histoire !!!
« Réponse #4 le: 22 juillet 2020 »
Bonjour cher Félin !
Bonne chance ici !!!

Sémaphore-24

*
Re : à chacun son histoire !!! (GAY-OS-ADO)
« Réponse #5 le: 22 juillet 2020 »
Salut,

Pas mal les trois histoires, mais j'ai une petite préférence pour le dernier :D Malheureusement je ne connais pas encore bien tous les auteurs sur ce topic je n'y allais pas souvent sur docti, mais je ne sais pas le dernier me fais un peu penser à quelqu'un qui mets toujours un peu d'humour barré dans tous ses textes  ;D Du genre du démonte pneu  mdrr

emmanolife

*
  • ***
  • 404
  • +34/-0
    • Voir le profil
C'est sympa d'avoir la photo en grand format !
Ça donnerait même envie de poster un texte ici ! Et pas ailleurs...

fablelionsilencieux

*
  • ***
  • 444
  • +40/-0
  • à cœur vaillant...
    • Voir le profil

bech

*
  • ***
  • 316
  • +66/-0
    • Voir le profil
Pour ma part, je n'ai pas eu de problème pour trouver cette discussion ici, alors que sur scribay il faut penser à cliquer sur ton avatar et c'est à partir du message sur doctissimo que j'ai su que tu y a démarré cette discussion aussi. Mais par contre, les anciens de cette discussion ont suivi l'intiative et rowani et sont là bas.

Attendons un mois (ou peut-être un scribay payant) pour voir ce que ça donnera.

bech

*
  • ***
  • 316
  • +66/-0
    • Voir le profil
Pour la photo en grand format, la voila.


Il faut cliquer sur l'icone "Insérer une image" (en dessous du B ) et metttre l'URL de l'iage entre les 2 balises.

Sémaphore-24

*
Re : Re : à chacun son histoire !!! (GAY-OS-ADO)
« Réponse #11 le: 23 juillet 2020 »
a tout hasard, donne des noms, puisque même sur Docti cette dernière fournée n'a pas été "nominée"  ;D


Pour le dernier je pensais à lelivredejérémie Il y a certaines expressions qui lui ressemblent bien mais après voilà quoi après ce n'est qu'une intuition car d'un coté je me dis ça pourrait être lui mais d'un autre non ;D

Suis je le vainqueur? mdrr

fablelionsilencieux

*
  • ***
  • 444
  • +40/-0
  • à cœur vaillant...
    • Voir le profil
Re : Re : Re : à chacun son histoire !!! (GAY-OS-ADO)
« Réponse #12 le: 23 juillet 2020 »
a tout hasard, donne des noms, puisque même sur Docti cette dernière fournée n'a pas été "nominée"  ;D


Pour le dernier je pensais à lelivredejérémie Il y a certaines expressions qui lui ressemblent bien mais après voilà quoi après ce n'est qu'une intuition car d'un coté je me dis ça pourrait être lui mais d'un autre non ;D

Suis je le vainqueur? mdrr
sans avoir donné la bonne solution tu n'est  pas très éloigné du scrivaillon !!!  :P

Sémaphore-24

*
ah tu veux dire quoi par là ? Il a écris un des 3 textes ?