Bonjour Invité

Louklouk

*
  • ***
  • 218
  • +61/-0
    • Voir le profil
Histoire de vestiaire
« le: 29 avril 2021 »
Une petite dans mes fantasmes...
**********************************************
HISTOIRE DE VESTIAIRE

— Suce-moi, p'tite salope ! ordonna rudement cette belle bête de Victor, dans les douches du basket,
— Ouais, tu me l'as si bien fait que j'te dois bien ça ! répondit Benoît en s'agenouillant devant le beau morceau du mec.
— Ta gueule ! fit la brute, pompe, p'tit pédé !
Précisons tout de suite que c'était la première fois que Benoît suçait cette grande beauté qu'était Victor, du moins à ses yeux.
Un bon moment déjà qu'on s'était chauffés, l'un l'autre, en les douches du club... mais il n'y avait pas encore eu de passage à l'acte : Victor passait pour le plus grand baiseur de la ville, et sa virile beauté le laissait croire aisément.
Oh, la belle pine que celle-ci ! Longue droite et lisse, mais pas trop épaisse, c'était un morceau de musée, selon l'estimation d'un Benoît qui en avait vu des milliers... sur Internet. Et là, il était aux anges, pas moins, tant il l'avait attendu, ce moment là !
Victor était velu de sombre, et fort joliment, encore ! Benoît lui bouffa les couilles et l'entrejambe avec ivresse, et il parut que cela plaisait à son patient... qui ne tarda pas à gémir tout haut.
Putain que c'était bon, de pomper ce con-là ! Benoît n'était pas un débutant, à vingt ans, mais ce n'étaient pas ses quarts d'heure de vol qui lui faisaient une moyenne !
Bref il se crut au paradis, pas moins. Tandis que l'autre geignait comme une jeune épousée...
— T'aimes ? demanda soudain Benoît.
— Ta gueule ! Suce !
— Si t'aimes pas, j'arrête.
— Mais si, j'aime, Ducon ! T'es... génial... ça te va ?
— Youpi !
Et Benoît de s'y remettre avec une application renouvelée. C'est qu'il lui plaisait ce con de Victor ! Car outre ses poils, il disposait d'une gueule parfaitement régulière, bien que taillée à la serpe, et d'yeux bleus qui, sous ses crins presque noirs, vous faisaient un effet !
Et il ne fallut pas des ères avant que Victor annonçât la crue espérée... et il déborda sur le museau de Benoît, dans les grandes largeurs.
— J'espère que tu tires pas ce soir, mon pote ! goguenarda Benoît, en se relevant.
— Oh ! Ça va !
On se doucha donc, et Benoît osa :
— J'adore ta queue, tu sais ? Peut-être qu'on pourrait se marier, tous les deux ?
— Hein ? sursauta Victor, ça va pas, non ?
— J'te la boufferais matin, midi et soir... et tu pourrais me la mettre... gentiment.
— Arrête de déconner ! Je suis pas comme ça, moi.
— Tu mériterais, tellement t'es beau, Victor !
— Oh, ferme-la, s'te plaît !
On ne s'éternisa pas, ce vendredi soir-là. Cependant, et bien que resté sur son provisoire nuage, Benoît décida de sortir, et il se propulsa vers la vieille ville, et plus précisément au Pélican moldave, établissement fréquenté par la jeunesse estudiantine, ou pas, de la ville... où il y avait foule, à c't'heure !
Sa pinte de Leffe en main, Benoît cherchait désespérément un endroit où se poser... quand il aperçut un bras s'agiter : celui de Bérenger autre beau, très beau mec du club de basket, qu'il savait être ami avec Victor.
Qui du reste était à côté de lui... Mais il restait une place à leur petite table, et il alla s'y poser, tout sourire, demandant cependant, doucement à Victor :
— Je peux ?
— Ce que Bérenger veut, tu le dois, Ducon !
— Oh ! Ça, c'est une déclaration, Bérenger ! fit Benoît, hilare.
— J'irais pas jusque là... mais c'est vrai que c'est sympa, Victor !
— Bon ! J'me la ferme, si je dis que des conneries !
— Oh ! Ça, c'en était pas une, Victor, vraiment ! affirma Benoît en regardant un Bérenger qui souriait doucement.
Il était encore plus beau que Victor, cet animal-là ! De mêmes stature et poilure, il n'avait cependant pas cet aspect... un peu rustique qui était pourtant excitant en Victor...
Il avait surtout l'air moins con, pour tout dire. Mais c'était sur Victor que les fantasmes de Benoît s'étaient fixés, d'autant que Bérenger avait une régulière que tout le monde connaissait, au club.
D'ailleurs... Benoît avait eu un mot, à ce sujet, qui était resté, sans blesser du tout Bérenger :
— Tu rates jamais un panier, toi... et la seule qui rate pas le tien, c'est Coraline !
Bref, on papota de tout et de rien. Sauf qu'à un moment, Bérenger demanda :
— Toujours pas de mari, Benoît ?
— Oh ! fit le garçon en rougissant, non, non... Ça se trouve pas comme ça !
— T'es mignon comme tout, non ? T'en penses quoi, toi ? ajouta Bérenger en se tournant vers son ami Victor,
— Moi ? Euh... pas grand chose. J'veux pas te vexer, Benoît, mais moi, les mecs...
— Ouais, j'ai bien compris... mais je me suis toujours demandé pourquoi vous étiez pas ensemble, tous les deux...
— Ah ! Ah ! Ah ! C'est la meilleure, celle-là ! éclata Bérenger. Moi avec cet ahuri ? Ah ! Ah ! Ah !
— Tu te rappelles qu'on est hétéros ? fit Victor.
— Ça n'empêche pas le sentiment, ça.
Un petit silence se posa au milieu de la table. Enfin, Bérenger le rompit :
— Tu veux nous dire que tous les mecs sont gays... ou pourraient l'être ?
— Non. Juste que... quand on doit s'aimer... on s'aime.
— Et donc... tu me vois, toi, avec Victor ?
— Vous vous ressemblez... Vous êtes amis... et je suis sûr que...vous pourriez vivre quelque chose de gentil... ensemble.
— Faudrait juste qu'on soit gay, quoi ! conclut Bérenger avec un large sourire.
— Oh, ça... ça s'arrange très bien, de nos jours !
Derechef, Bérenger éclata de rire. Et Victor dut sourire aussi...
Alors zinzinula le téléphone de Victor... qui déclara promptement... et virilement :
— J'ai une chatte en demande, les mecs ! Je vous laisse ! Vous finissez ma bière, hein, les alcoolos ?
— Tu te rappelles que ton fiancé t'attend ! fit Benoît.
— T'arrêteras jamais d'être con, toi ?
— Quand t'arrêteras d'être hétéro !
Victor s'en fut, et l'on resta un temps coi. Enfin Benoît souffla :
— Je m'en vais dès que j'ai fini sa bière... sauf si c'est toi qui la veux, Bérenger.
— Moi, je veux que ce que tu veux. Je suis content que tu sois venu, Benoît.
— Mais... vous aviez des projets de drague, j'imagine, en venant ici ?
— Bof... Comme t'as vu, Victor a pas besoin de draguer pour tirer, et...
— ...et toi, qu'es nettement plus beau que lui, encore moins !
Bérenger regarda alors Benoît avec un air bizarre, et il murmura :
— Je pense surtout que je suis nul, oui.
— Mais... ta Coraline ?
— Ce qu'elle aime est surtout dans ma culotte... pas dans ma poitrine, et encore moins dans ma tête.
— Oh, Bérenger !
Benoît était stupéfait. Cette splendeur de Bérenger lui avouait tout simplement des choses... Des choses ! Il respira un grand coup avant d'oser :
— Évidemment... ça empêcherait tes projets, mais... si tu voulais, Bérenger... je t'inviterais bien chez moi...
— De quels projets tu parles ? Coraline est en famille, et j'ai pas envie de draguer, du tout ! Alors si tu m'invites...
Dix minutes plus tard, on se posait sur le petit sofa de Benoît.
— C'est doux, chez toi ! déclara Bérenger.
— Drôle de mot !
— Alors c'est toi qui es doux, Benoît.
— On boit ? Du doux, du fort, du raide ?
— Du... raide, tu veux ?
On se regarda de traviole, soudain... et une seconde plus tard, ces garçons s'embrassaient le plus bavouilleusement du monde, et longtemps, encore !
— Oh, Benoît !... Excuse-moi, je...
— On s'excuse pas quand on embrasse aussi délicieusement, Bérenger.
On se rembrassa donc, et avec quelle vigueur !
Oh ! Combien la fusion de ces jeunes corps fut parfaite ! Combien on s'aima, alors, et combien on eut envie de s'aimer plus encore !
Certes, on ne fit pas tout ! Mais Benoît ne manqua pas l'occasion de se faire niquer par le superbe Bérenger... dont le vit était digne de l'admiration internationale.
— Benoît ! Je sais pas, je sais rien et... souffla enfin Bérenger, en sortant de la douche.
— Bérenger ! Tu m'as baisé comme peu de mecs savent le faire et... je sais autre chose, Bérenger : je sais... Je sais que je t'aime, moi.
— Oh ! Moi !... Mais... Victor ?
— Oh ! Il ne veut pas de moi !
— Pourtant... il t'a... sucé, non ?
— Je te dirai.
On se r'enlaça doucement, et Benoît susurra :
— Je sais que t'es pas gay, Bérenger, mais... Là, maintenant, je te mens pas si je te dis que je t'aime. Ben sûr, je te demande rien. Tu m'as fait l'amour comme un dieu... et tu recommences quand tu veux. Mais je t'oblige à rien.
Bérenger regarda alors longuement Benoît. Pour susurrer enfin :
— Je sais pas si tous les gays sont comme toi, mais... tu m'étonnes. Par ta... réserve. Et ta gentillesse. Et tout le reste !
Bérenger demeura céans... et il baisa Benoît encore deux fois, jusqu'au matin.

— J'ai baisé Benoît, déclara Bérenger au téléphone.
— Hein ? Quoi ? hurla Victor.
— Comme je te le dis. Il suce divinement... mais j'ai pas osé lui demander comment tu le faisais, toi.
— Hein ? Mais de quoi tu causes, là ?
— J'étais revenu au vestiaire, vendredi, quand tu lui as ordonné de te sucer... et il a dit que le lui avais bien fait.
— Oh putain, le fumier ! Mais j'ai rien sucé du tout, moi ! Ah ! Le salaud ! Je lui pète la gueule !
— Tu le touches pas, s'il te plaît, dit calmement Bérenger.
— Quoi ? Tu le défends, maintenant ? cria Victor, vraiment hors de lui. Et tu vas aussi me dire que tu l'as sucé, j'imagine ?
— Ce sera la première chose que je ferai quand je le reverrai... ce soir, sans doute.
— Mais... Mais... Oh putain de nom de dieu d'putain ! Tu me fais quoi, là, Bérenger ? Tu vires ta cuti, ou quoi ?
— Rien de tout ça. Mais tu le touches pas, c'est tout.
— Ooooh... Putain...

Bérenger ne conta rien de ces propos en revoyant Benoît, en fin d'après-midi. Il se laissa aller aux tendresses offertes par Benoît... et fit ce qu'il avait dit à Victor. Une première pour lui... dont il ne se trouva pas mal. D'autant que Benoît l'en remercia en des termes choisis... qui tranchaient furieusement avec les déclarations guerrières de la Coraline. Bref, les choses furent douces. Et il apprit des choses sur les garçons...
Mais on ne se dit rien. Benoît savait marcher sur des œufs, et Bérenger avait tellement peur de ses emportements présents !
— Est-ce que... tu as dit à Victor ?...
— Oui. Il m'a affirmé t'avoir jamais sucé...
— Je l'ai dit que pour lui casser la baraque, quand je t'ai aperçu au vestiaire...
— Mais t'es un monstre !
— Non, un stratège... dans le genre de Napoléon !
Bérenger resta coi. Il murmura enfin, après un temps :
— T'es amoureux de lui ?
— Plus. Je me trompais. Il est beau de partout... sauf du cœur. J'ai croisé un mec, entre-temps, qu'est beau de partout... encore plus... et surtout du cœur. Alors...
Bérenger baissa les yeux, et lui prenant la main, Benoît murmura :
— Je sais que c'est pas facile pour toi, tout ce que je te dis... Alors je m'efforcerai de fermer ma gueule.
— Oh non ! La ferme surtout pas, Benoît, non !
On s'enlaça vivement.

— P'tain ! J'y crois pas ! feula Victor.
— Tu crois qu'j'y crois, moi ?
— Mais nom de dieu ! Un chatte, des nichons !
— Ça vaut pas un mec qui, millimètre par millimètre, et seconde par seconde... un mec avec qui tout correspond, quoi.
— Mais... T'es d'venu pédé, ou quoi ?
— T'as connu des nanas avec qui...?
— Ouais, ouais... les millimètres, les secondes... Moi, ça me fait pas bander !
— Moi si. Et face à la Coraline... y a pas photo.
— Alors ?
— Oui.

La suite fut un peu triste, en ce sens que Victor fut moins proche de son ami, aux entraînements. Quand Bérenger s'occupait particulièrement de Benoît, lui. Et puis... un mercredi suivant, Bérenger l'invita à l'apéro, au Pélican moldave, avec Benoît. Où il déclara ceci :
— Si tu veux de moi, Benoît... eh bien... j'adorerais sortir avec toi. Et le plus longtemps possible.
Tête de Victor ! Mais vous auriez vu aussi celle de Benoît ! Victor murmura enfin, l'œil bas :
— Ils sont heureux, les pédés, donc...
— Non : on n'est heureux que quand on n'a pas peur d'aimer, murmura Benoît.

27. IV. 2021

lelivredejeremie

*
  • ***
  • 343
  • +63/-0
    • Voir le profil
Re : Histoire de vestiaire
« Réponse #1 le: 30 avril 2021 »
Belle leçon de choses de Béranger à son pote qui n'est évidemment pas gay vu qu'il ne suce pas, lui  ::)  L'amour est une personne, pas un physique ou un genre  :)
Some girls can make my day, but only boys make my hole weak.

Philou0033

*
  • ****
  • 1890
  • +577/-0
  • L'amitié, c'est la joie de l'autre.
    • Voir le profil
Re : Histoire de vestiaire
« Réponse #2 le: 30 avril 2021 »
Bonjour @Louklouk !

Belle histoire.

La beauté intérieure est a découvrir et c'est elle qui est le "cœur" d'une belle relation.

Merci Louklouk pour ce beau moment de lecture!

Je t'embrasse!
Philou

KLO7514

*
  • ****
  • 918
  • +73/-0
    • Voir le profil
Re : Histoire de vestiaire
« Réponse #3 le: 30 avril 2021 »
Hé oui, la beauté du cœur surpasse toutes les autres et prime sur le physique. On raconte que le duc de Richelieu, celui du XVIIIe siècle, était plutôt petit, pas vraiment un Apollon mais...toutes les femmes tombaient à ses genoux. Certes, il avait énormément d'esprit et s'en servait gaillardement. Avoir un corps beau peut arranger les choses mais  ne suffit pas pour se mettre ...en mainate   pardon, "en ménage" avec quelqu'un ou quelqu'une.
Bérenger a succombé au cœur de Benoît "en même temps" (expression à la mode en Haut Lieu) qu'à ses autres charmes, en gros, ce qui manque au beau Victor un tantinet macho dirait-on pas?

Tonton Tim

*
  • **
  • 60
  • +6/-0
  • Transfuge de Docti - TimideBelge
    • Voir le profil
Re : Histoire de vestiaire
« Réponse #5 le: 06 mai 2021 »
Jolie histoire de vestiaires....
Merci Louklouk

lelivredejeremie

*
  • ***
  • 343
  • +63/-0
    • Voir le profil
Re : Histoire de vestiaire
« Réponse #7 le: 30 mai 2021 »
Il y a cette théorie qui veut qu’un mec nu, supposé/prétendu/affirmé hétéro, sous la douche ou ailleurs, aussi sûr qu’il puisse être de soi, il s’expose et est fragilisé, c’est un truc atavique hérité de nos ancêtres depuis qu’ils ont pris conscience de leur nudité. Ajoute à côté le petit mec taillé crevette qui jette un regard distrait et se shampouine le pubis, et en temps normal, son hétérosexualité supposée/prétendue/affirmée l’empêche normalement de réagir. J’ai testé, ils canent... :D 
Mais ici, l’histoire est trop belle, et la conclusion, encore plus :)
Some girls can make my day, but only boys make my hole weak.