Bonjour Invité

laurentdu51100

*
  • ****
  • 1248
  • +12/-0
  • bonne lecture à tous et merci d'avance pr vs com
    • Voir le profil
Re : Florian 18 ans ou Le don de guérir (livre 3) (tome 3)
« Réponse #30 le: 18 septembre 2020 »
CHAPITRE 89 (302) (Camping de la dune) (Mercredi soir) (Prise de conscience)


Une fois le repas du soir terminé et comme à notre habitude, chacun fait suivant ses envies du moment. Je vois donc avec un certain amusement les filles filer sans demander leur reste mais surtout sans nous dire où elles vont ni si quelqu’un veut les accompagner.

Antonin s’approche de moi en les regardant s’éloigner.

- Elles ont vraiment peur qu’on leur pique leurs mecs Hi ! Hi !
- Que veux-tu, chien échaudé craint l’eau froide et ce n’est certainement pas moi qui vais les en blâmer !!
- Tu crois qu’elles sont amoureuses ?
- Je n’irais pas jusqu’à dire ça, non !! Je pense plutôt qu’elles avaient envie d’une amourette de vacances, de toute façon cela ne nous regarde pas et elles sont assez grandes pour savoir ce qu’elles font.
- Ahhh !!!

Je me retourne vers lui intrigué.

- Pourquoi, ça t’intéresse tant que ça ??
- En fait, je me demandais si c’était pareil pour les garçons !!
- Il n’y a pas de raison que ce ne soit pas le cas, tu penses à quelqu’un en particulier je parie et comme il n’y en a qu’un parmi nous qui soit ce qu’on pourrait appeler célibataire, je me doute que c’est à Jean Baptiste que tu penses en me posant cette question !!
- Ça doit lui faire bizarre d’être seul sans copain pour s’éclater comme nous le faisons ?
- Et pourquoi donc ? Il y a beaucoup de monde comme lui tu sais, il n’y a pas que le sexe dans la vie et à part le soir quand nous nous retrouvons dans l’intimité de notre chambre, nous profitons de tout un tas d’autres choses tous ensemble. Avant de nous rencontrer tu étais comme lui, tu n’y pensais pas !! Dis-moi plutôt la vraie raison de toutes ces questions ?
- Comment ça ?
- Allons « Tonin » !! Ne me prend pas pour un naïf même si j’en ai parfois l’air !! Tu as le béguin pour lui, avoue ??

Antonin me regarde dans les yeux en me souriant timidement.

- Ne t’imagine surtout pas que…
- Je n’imagine rien t’inquiète !! Je connais tes sentiments envers moi et Thomas !! Je comprends aussi que comme pour nous, il y ait d’autres personnes avec qui tu aimerais être parfois plus qu’amis.
- Oui mais il est seul, je connais la règle qui veut que nos amis soient déjà en couples et ton copain Damien est loin, nous ne l’avons même pas encore retrouvé.
- Qui a dit que « Dami » et « JB » se mettront ensemble ?? Pas moi que je sache !! Il y a beaucoup de choses qui diffèrent dans cette réalité avec celles que j’ai déjà vécues, celle-ci pourrait être une autre preuve que notre vie suit les hasards du destin. Tu veux vraiment connaitre le fond de ma pensée au sujet de Jean Baptiste ?
- Bien sûr, quelle question !!
- En premier qu’il ne sera jamais avec Damien !! Tu te demandes pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils ont eu l’occasion et qu’ils l’ont laissé filer, la raison invoquée ne tient pas debout dès qu’on creuse un peu les choses. De plus Jean Baptiste est déjà amoureux de quelqu’un d’autre, ça crève les yeux et bien sûr le dernier à le voir est celui qui est le premier concerné.
- Il est venu pour toi ? C’est donc de toi que tu parles ?
- Jean Baptiste a bien compris que j’étais déjà pris et ta réponse confirme ce que je t’ai dit juste avant.
- Mais alors qui ??
- Réfléchis cinq minutes et pose toi les bonnes questions, je suis sûr qu’ensuite tout te paraitra limpide comme pour moi !!
- Quelles questions ??

Je lui fais un clin d’œil.

- A toi de les trouver Hi ! Hi !
- Allez « Flo » !! S’il te plait !! Quelles questions ?? Dis-moi ??
- Moi Hi ! Hi !
- Pfftt !! Tu te crois drôle en plus !!
- Ok !!Ok !! Avec qui passe-t-il le plus clair de son temps quand nous ne sommes pas tous ensemble ?
- Je ne vois pas, en plus je m’en serais aperçu si quelqu’un lui tournait autour !!
- Tiens donc !! Et pourquoi ça ?
- Mais parce qu’on ne se quitte quasiment pas, voilà pourquoi ?
- Wouah !! Je vois qu’on n’est pas sorti !! Bon une autre question que tu devrais te poser, comme par exemple qu’est-ce qu’il attend en ce moment appuyé contre l’arbre là-bas ?

Antonin se retourne et fait un petit signe de main à Jean Baptiste, le sourire qu’il montre alors me conforte encore plus si besoin était dans l’idée que j’en ai depuis quelques temps de les voir collés toujours l’un à l’autre.

Mon petit blondinet me refixe ensuite dans les yeux avec une candeur qui me désespère qu’il ne comprenne enfin où je veux en venir.

- Il attend juste que j’ai fini de discuter avec toi, nous devons aller nous balader sur la plage pour admirer le coucher de soleil.
- Il serait temps de partir alors, parce que ça ne va pas tarder !! Pour le reste, tu ne crois pas que tu devrais le lui demander ? Après tout, je peux très bien me planter Hi ! Hi !
- Tu as raison « Flo », à ce soir !!

Le baiser d’Antonin est torride, me laissant seul avec des papillons dans les yeux et ce n’est que quand l’esprit de Thomas s’adresse à moi que je remets les pieds sur terre.

« Conversation mentale »

- Il n’a pas encore fait le lien !!
- Ça viendra très vite je pense après cette conversation !!
- Pourquoi je ne te sens pas triste ?
- L’es-tu ?
- Non bien sûr, tu sais bien qu’il n’y a que toi qui compte vraiment !!
- Alors pourquoi me poses-tu cette question ?
- Parce que nous risquons de le perdre, voilà pourquoi !!
- Tu n’y es pas du tout mon grand bien au contraire, nous y gagnerons un nouvel amant qui sera très proche de nous et je préfère ça, crois-moi !!
- A cause de Damien ??
- Tu as tout compris, oui !! « Dami » a toujours été comme un frère dans mes pensées, jamais un amant !! J’ai déjà eu ce genre de dilemme rappelle-toi avec Mathis que j’aimais réellement tu le sais très bien, tout comme tu connais la déchirure que j’ai vécu de le lui avouer et ce ne sera pas pareil cette fois ci avec « Tonin », je tiens trop à lui pour ça !!



 
CHAPITRE 90 (303) (Camping de la dune) (Mercredi soir) (L’aveu)


« Balade le long de la plage »

Antonin marche tranquillement les pieds nus dans le sable de cette plage où il se sent particulièrement bien, accompagné comme il l’est de Jean Baptiste et surtout après cette longue conversation d’avec Florian, conversation qui d’ailleurs manque singulièrement de clarté à Antonin qui se la repasse en boucle.

Jean Baptiste apprécie lui aussi ce moment entre chien et loup passé seul avec le petit blondinet avec qui il se sent heureux tout simplement de se trouver à ses côtés à longer l’océan sans rien dire, en profitant juste du moment de calme que cette balade lui fait ressentir.

Antonin le prend brusquement par le bras en l’entraînant vers la dune, jusqu’à une petite plateforme naturelle où il le fait s’asseoir avant d’en faire autant et lui montrer du doigt le soleil rougeoyant qui commence à s’enfoncer dans l’océan.

- Regarde comme c’est magnifique !! Il faudra revenir avec un appareil photo, je n’ai jamais vu un endroit aussi beau et toi ?
- Moi non plus !!

Ils restent là sans bouger un long moment jusqu’à ce que le soleil disparaisse entièrement dans les vagues, la lune prend alors la relève pour leur octroyer une lumière blanche parcimonieuse mais suffisante pour qu’ils se voient toujours.

C’est Jean Baptiste qui reprend le premier la parole.

- J’aimerais que cet instant ne finisse jamais tu sais ?
- Et moi donc !! Je bénis tous ces jours depuis que le père de Florian m’a sorti de la rue.
- Tu l’aimes ??
- Qui ça ? Florian ? Bien sûr que oui !! S’il fallait que je lui donne tous les adjectifs qui me passent par la tête en pensant à lui, j’y passerai certainement une bonne partie de la nuit et toi ?
- Quoi moi ?
- Tu l’aimes aussi pas vrai ?
- Ce n’est pas d’aujourd’hui tu sais, mais déjà à cette époque je savais bien au plus profond de moi qu’il me serait toujours inaccessible et même maintenant qu’il n’est plus celui d’avant, je sais bien que ses pensées vont à quelqu’un d’autre !!
- Thomas ?
- Oui Thomas et puis toi aussi bien sûr, sans compter les autres !!
- Alors pourquoi n’y aurait-il pas une place pour toi ?

Jean Baptiste cherche visiblement ses mots.

- C’est compliqué !!
- Parce que tu en aimes un autre et que ton cœur ne sait plus à quoi se raccrocher ?
- Qui est ce qui t’a dit ça ?
- Florian !!
- Ahhh !!!
- Alors c’est vrai ? « Flo » a vu juste ? Je le connais dis-moi ?
- Moi Hi ! Hi !
- Pffttt !!! Décidément vous faites la paire niveau blagues à deux balles !!
- (Jean Baptiste curieux) Qu’est-ce qu’il t’a dit au juste ?
- Que ça crevait les yeux depuis plusieurs jours, je lui ai demandé qui ça pouvait bien être et il m’a répondu de chercher quelqu’un avec qui tu passais tout ton temps.
- Tu dois savoir qui c’est alors ?
- Heu !! Ben non justement et ça m’énerve de ne pas le savoir !!
- Tiens donc ?? Pourrais-je en connaitre la raison ?? Serais tu jaloux ??
- …..

Jean Baptiste a alors un sourire resplendissant qu’Antonin trop pris dans ses pensées ne voit pas.

- Si tu fermes les yeux, je vais te mettre sur la piste !!

Antonin sent son cœur se serrer, l’aveu de son ami lui amène une peine dont il ne saurait définir la raison.

- C’est donc bien vrai ??
- Ferme les yeux et tu le sauras !!

Antonin s’exécute, une larme s’écoule lentement sur sa joue pendant qu’il retient sa respiration à connaitre celui pour qui bat le cœur de son ami.

Jean Baptiste bien sûr ne peut manquer de la remarquer, à l’encontre du petit blond cette larme lui amène une joie qu’il n’aurait jamais pensé connaitre un jour et c’est avec une extrême douceur qu’il vient la cueillir du coin des lèvres avant d’amener celles-ci sur la bouche d’Antonin dans un baiser bref qui fait sursauter de surprise le petit blond, comprenant enfin tous les sous-entendus aussi bien de Florian que de Jean Baptiste.

Ses bras viennent s’enrouler fougueusement autour du cou de son ami, pendant que ses yeux s’ouvrent et qu’ils le lui rendent au centuple, en fixant son regard brûlant de plaisir dans le sien.

***/***

Une fenêtre s’ouvre dans son esprit, deux visages souriant lui apparaissent alors et qui s’embrassent tendrement devant lui en lui envoyant un message d’amour qui met Antonin dans un état d’émotion tel qu’il éclate en sanglot.

***/***

Jean Baptiste le serre plus fort dans ses bras.

- Tu ne les as pas perdus, ils t’aiment toujours autant !!
- Co….comment….
- Ils étaient dans ma tête à moi aussi, je ne sais pas comment c’est possible mais c’était comme s’ils me souhaitaient la bienvenue !! Comme si moi aussi ils m’acceptaient, tu comprends ?

Antonin acquiesce de la tête, toujours dans les bras de Jean Baptiste qui croit bon de préciser.

- Tu vas avoir du boulot à m’expliquer tout ça, mais pas maintenant !! Ce soir il n’y a que nous deux qui comptent, je t’aime !!

***/***

Quelques couples de promeneurs, profitant eux aussi de ce moment privilégié ne peuvent manquer d’apercevoir le jeune couple enlacé qui s’embrasse sans que plus rien ne compte autour d’eux et les sourires de ces personnes démontrent que tout n’est pas perdu sur cette terre pour ceux qui s’aiment et quel que soient leurs religions, leurs couleurs ou leurs sexes.



 
CHAPITRE 91 (304) (Camping de la dune) (Jeudi matin tôt) (Des visiteurs imprévus)


« Entrée du camping »

La voiture se gare au petit parking longeant la route nationale, cinq personnes en sortent visiblement pas mécontentes d’être enfin arrivé.

André déplie le plan que lui a confié Philippe et qu’il gardait dans sa poche, celui-ci indique les allées ainsi que les emplacements et il plaque son doigt sur deux d’entre eux qui sont cerclés d’un coup de feutre.

- Ça ne devrait pas être bien difficile de les trouver avec ce plan, allons-y !! Nous verrons plus tard pour nos affaires et s’il reste de la place pour une nuit ou deux.
- (Alain) Tu es sûr que c’est une bonne idée d’arriver comme ça sans prévenir ?
- Certain !! Je tiens à ce que vous voyez leur réaction qui confortera tout ce que vous avez appris depuis votre arrivée.
- (Nathalie) J’avoue avoir un peu le stress de rencontrer le nouveau Benj…. Oups !! Je voulais dire Thomas !!
- (Evelyne) Si toute cette histoire est exacte, je pense que pour lui aussi cette situation sera embarrassante !! Mais André a raison, sa réaction en nous voyant sera déterminante pour croire à tout ça !!
- (Thomas) Surtout après la description et les photos que vous a données de lui votre ami psychiatre, j’espère juste que tout se passera bien pour tout le monde !!
- (Alain surpris) Pourquoi en serait-il autrement ?
- En fait c’est lui de nous tous le plus à plaindre, qui connait-il réellement à par votre fameux Florian qui semble venir du même endroit ?
- (Evelyne) Tu as raison mon chéri, c’est pour cette raison que nous devrons faire attention à nos paroles !! Ce jeune homme doit être assez perturbé comme ça sans en rajouter plus qu’il n’en faut et puis c’est surtout à ton oncle et à ta tante que je pense, ce sont eux les plus concernés par l’arrivée de ce garçon !!
- (André) Léa toujours d’après Philippe, le considère déjà comme son frère et je pense que plutôt que toutes ces paroles qui n’ont de cesse de tourner en boucles depuis que nous avons appris son existence, le mieux est encore d’y aller voir par nous même !! C’est d’ailleurs le but de cette visite, je vous signale en passant.

André tourne le plan dans tous les sens pendant quelques secondes avant de tendre le bras vers une large allée.

- C’est par là !!

***/***

« Aux mobil-homes »

Comme d’habitude depuis qu’ils sont là, ce sont les filles qui sont levées les premières et préparent le petit déjeuner pour tout le monde, Léa rentrant juste de l’épicerie boulangerie avec les bras chargés de pain frais et de viennoiseries à l’odeur appétissante.

Chloé termine de mettre la table pendant que les deux cafetières chantent en se remplissant du breuvage qui déjà la fait saliver d’envie, elle vient aider sa copine en lui prenant le sac à pain des mains et en profite pour lui poser la question qui la démange depuis qu’elles se sont levées.

- « JB » n’a pas dormi seul cette nuit !!
- (Léa) J’ai vu ça !! Surprenant pas vrai ??
- Pas tant que ça en fait, j’avais déjà remarqué qu’ils passaient beaucoup de temps ensemble.
- Quand même !! Antonin semblait vraiment amoureux de « Flo » et Thomas !!
- Rien ne dit que ce ne soit plus le cas, avec eux plus rien ne devrait nous étonner !! Pour ma part j’ai plutôt l’impression que ça va arranger tout le monde, n’oublie pas que « JB » est venu ici à cause de ses sentiments pour Florian !!
- Va falloir qu’ils pensent à s’arrêter un jour, ils sont déjà deux de plus que dans ses souvenirs.
- Et nous on est toujours que deux comme de pauvres pommes Hi ! Hi !

Un bruit attire leurs attentions venant du deuxième mobil home, Léa se retourne en souriant.

- Tiens !! Justement, regarde qui arrive ? Voilà t-y pas notre zombie du matin qui a senti l’odeur du café Hi ! Hi !

Chloé regarde à son tour d’un œil attendri celui qui encore une fois marche au radar toute antenne déployée, elle soupire d’amusement sans pour autant manquer comme à chaque fois de se rincer l’œil au passage et elle attrape ensuite la cafetière pour lui servir sa première bolée.

Léa attend qu’il se soit assis pour venir derrière lui poser sa tête contre son cou et lui faire son bisou du matin, aussitôt suivi par son amie une fois que celle-ci a reposé la cafetière fumante sur son socle.

Elles savent bien que c’est pour elles le seul moment de la journée où il est tout à elles et ne se privent pas du câlin matinal, câlin que semble apprécier à sa juste valeur le petit rouquin qui se laisse faire avec un plaisir évident le regard brillant de toute l’affection qu’il éprouve pour ses deux amies.

- On est bien ici, pas vrai les filles??
- (Chloé) Dommage qu’on doive bientôt repartir !!
- Rien ne nous y oblige ? Après tout il reste plus d’un mois avant la reprise des cours et nous pourrions rester encore ici une semaine ou deux, vous en pensez quoi ?
- (Léa joyeuse) Ce serait trop cool !!!
- Comme ça vous pourrez aussi rester un peu plus longtemps avec vos copains, au fait !! En parlant d’eux !! Vous avez l’intention de nous les présenter un jour ou pas ?
- (Chloé) Hummm !!! Je ne sais pas si c’est une bonne idée Hi ! Hi ! Avec vous il y a de quoi se méfier, tu ne crois pas ?
- Arrêtez un peu !! S’ils avaient des penchants homo, ils ne seraient pas à passer leurs vacances avec vous deux !! Non, sans déconner !! Ce serait sympa qu’ils se joignent à nous, en plus vous avez l’air de bien les apprécier et je suis content pour vous deux, comme ça tout le monde a trouvé chaussure à son pied.
- (Léa amusé) Tu crois ça ?? Je ne pense pas que « JB » puisse mettre celles d’Antonin Hi ! Hi !
- Ni les miennes Hi ! Hi ! Mais celles de Thomas pourquoi pas !!

Je termine ma phrase en leur tirant la langue, démontrant par-là que tout va bien pour nous et qu’elles n’ont pas de soucis à se faire ni pour Antonin, ni pour Jean Baptiste et encore moins pour Thomas et moi.

C’est à ce moment-là de notre petite discussion, que j’aperçois avec surprise ceux auxquels je me serais le moins attendu à voir ici aujourd’hui et je me lève d’un bond pour courir à leur rencontre, apercevant les visages souriants de certains mais visiblement surpris pour les autres à me voir débouler sur eux de la sorte.

« Modifié: 18 septembre 2020 par laurentdu51100 »

laurentdu51100

*
  • ****
  • 1248
  • +12/-0
  • bonne lecture à tous et merci d'avance pr vs com
    • Voir le profil
Re : Florian 18 ans ou Le don de guérir (livre 3) (tome 3)
« Réponse #31 le: 18 septembre 2020 »
CHAPITRE 92 (302) (Camping de la dune) (Mercredi soir) (Prise de conscience)


Une fois le repas du soir terminé et comme à notre habitude, chacun fait suivant ses envies du moment. Je vois donc avec un certain amusement les filles filer sans demander leur reste mais surtout sans nous dire où elles vont ni si quelqu’un veut les accompagner.

Antonin s’approche de moi en les regardant s’éloigner.

- Elles ont vraiment peur qu’on leur pique leurs mecs Hi ! Hi !
- Que veux-tu, chien échaudé craint l’eau froide et ce n’est certainement pas moi qui vais les en blâmer !!
- Tu crois qu’elles sont amoureuses ?
- Je n’irais pas jusqu’à dire ça, non !! Je pense plutôt qu’elles avaient envie d’une amourette de vacances, de toute façon cela ne nous regarde pas et elles sont assez grandes pour savoir ce qu’elles font.
- Ahhh !!!

Je me retourne vers lui intrigué.

- Pourquoi, ça t’intéresse tant que ça ??
- En fait, je me demandais si c’était pareil pour les garçons !!
- Il n’y a pas de raison que ce ne soit pas le cas, tu penses à quelqu’un en particulier je parie et comme il n’y en a qu’un parmi nous qui soit ce qu’on pourrait appeler célibataire, je me doute que c’est à Jean Baptiste que tu penses en me posant cette question !!
- Ça doit lui faire bizarre d’être seul sans copain pour s’éclater comme nous le faisons ?
- Et pourquoi donc ? Il y a beaucoup de monde comme lui tu sais, il n’y a pas que le sexe dans la vie et à part le soir quand nous nous retrouvons dans l’intimité de notre chambre, nous profitons de tout un tas d’autres choses tous ensemble. Avant de nous rencontrer tu étais comme lui, tu n’y pensais pas !! Dis-moi plutôt la vraie raison de toutes ces questions ?
- Comment ça ?
- Allons « Tonin » !! Ne me prend pas pour un naïf même si j’en ai parfois l’air !! Tu as le béguin pour lui, avoue ??

Antonin me regarde dans les yeux en me souriant timidement.

- Ne t’imagine surtout pas que…
- Je n’imagine rien t’inquiète !! Je connais tes sentiments envers moi et Thomas !! Je comprends aussi que comme pour nous, il y ait d’autres personnes avec qui tu aimerais être parfois plus qu’amis.
- Oui mais il est seul, je connais la règle qui veut que nos amis soient déjà en couples et ton copain Damien est loin, nous ne l’avons même pas encore retrouvé.
- Qui a dit que « Dami » et « JB » se mettront ensemble ?? Pas moi que je sache !! Il y a beaucoup de choses qui diffèrent dans cette réalité avec celles que j’ai déjà vécues, celle-ci pourrait être une autre preuve que notre vie suit les hasards du destin. Tu veux vraiment connaitre le fond de ma pensée au sujet de Jean Baptiste ?
- Bien sûr, quelle question !!
- En premier qu’il ne sera jamais avec Damien !! Tu te demandes pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils ont eu l’occasion et qu’ils l’ont laissé filer, la raison invoquée ne tient pas debout dès qu’on creuse un peu les choses. De plus Jean Baptiste est déjà amoureux de quelqu’un d’autre, ça crève les yeux et bien sûr le dernier à le voir est celui qui est le premier concerné.
- Il est venu pour toi ? C’est donc de toi que tu parles ?
- Jean Baptiste a bien compris que j’étais déjà pris et ta réponse confirme ce que je t’ai dit juste avant.
- Mais alors qui ??
- Réfléchis cinq minutes et pose toi les bonnes questions, je suis sûr qu’ensuite tout te paraitra limpide comme pour moi !!
- Quelles questions ??

Je lui fais un clin d’œil.

- A toi de les trouver Hi ! Hi !
- Allez « Flo » !! S’il te plait !! Quelles questions ?? Dis-moi ??
- Moi Hi ! Hi !
- Pfftt !! Tu te crois drôle en plus !!
- Ok !!Ok !! Avec qui passe-t-il le plus clair de son temps quand nous ne sommes pas tous ensemble ?
- Je ne vois pas, en plus je m’en serais aperçu si quelqu’un lui tournait autour !!
- Tiens donc !! Et pourquoi ça ?
- Mais parce qu’on ne se quitte quasiment pas, voilà pourquoi ?
- Wouah !! Je vois qu’on n’est pas sorti !! Bon une autre question que tu devrais te poser, comme par exemple qu’est-ce qu’il attend en ce moment appuyé contre l’arbre là-bas ?

Antonin se retourne et fait un petit signe de main à Jean Baptiste, le sourire qu’il montre alors me conforte encore plus si besoin était dans l’idée que j’en ai depuis quelques temps de les voir collés toujours l’un à l’autre.

Mon petit blondinet me refixe ensuite dans les yeux avec une candeur qui me désespère qu’il ne comprenne enfin où je veux en venir.

- Il attend juste que j’ai fini de discuter avec toi, nous devons aller nous balader sur la plage pour admirer le coucher de soleil.
- Il serait temps de partir alors, parce que ça ne va pas tarder !! Pour le reste, tu ne crois pas que tu devrais le lui demander ? Après tout, je peux très bien me planter Hi ! Hi !
- Tu as raison « Flo », à ce soir !!

Le baiser d’Antonin est torride, me laissant seul avec des papillons dans les yeux et ce n’est que quand l’esprit de Thomas s’adresse à moi que je remets les pieds sur terre.

« Conversation mentale »

- Il n’a pas encore fait le lien !!
- Ça viendra très vite je pense après cette conversation !!
- Pourquoi je ne te sens pas triste ?
- L’es-tu ?
- Non bien sûr, tu sais bien qu’il n’y a que toi qui compte vraiment !!
- Alors pourquoi me poses-tu cette question ?
- Parce que nous risquons de le perdre, voilà pourquoi !!
- Tu n’y es pas du tout mon grand bien au contraire, nous y gagnerons un nouvel amant qui sera très proche de nous et je préfère ça, crois-moi !!
- A cause de Damien ??
- Tu as tout compris, oui !! « Dami » a toujours été comme un frère dans mes pensées, jamais un amant !! J’ai déjà eu ce genre de dilemme rappelle-toi avec Mathis que j’aimais réellement tu le sais très bien, tout comme tu connais la déchirure que j’ai vécu de le lui avouer et ce ne sera pas pareil cette fois ci avec « Tonin », je tiens trop à lui pour ça !!




 
CHAPITRE 93 (303) (Camping de la dune) (Mercredi soir) (L’aveu)


« Balade le long de la plage »

Antonin marche tranquillement les pieds nus dans le sable de cette plage où il se sent particulièrement bien, accompagné comme il l’est de Jean Baptiste et surtout après cette longue conversation d’avec Florian, conversation qui d’ailleurs manque singulièrement de clarté à Antonin qui se la repasse en boucle.

Jean Baptiste apprécie lui aussi ce moment entre chien et loup passé seul avec le petit blondinet avec qui il se sent heureux tout simplement de se trouver à ses côtés à longer l’océan sans rien dire, en profitant juste du moment de calme que cette balade lui fait ressentir.

Antonin le prend brusquement par le bras en l’entraînant vers la dune, jusqu’à une petite plateforme naturelle où il le fait s’asseoir avant d’en faire autant et lui montrer du doigt le soleil rougeoyant qui commence à s’enfoncer dans l’océan.

- Regarde comme c’est magnifique !! Il faudra revenir avec un appareil photo, je n’ai jamais vu un endroit aussi beau et toi ?
- Moi non plus !!

Ils restent là sans bouger un long moment jusqu’à ce que le soleil disparaisse entièrement dans les vagues, la lune prend alors la relève pour leur octroyer une lumière blanche parcimonieuse mais suffisante pour qu’ils se voient toujours.

C’est Jean Baptiste qui reprend le premier la parole.

- J’aimerais que cet instant ne finisse jamais tu sais ?
- Et moi donc !! Je bénis tous ces jours depuis que le père de Florian m’a sorti de la rue.
- Tu l’aimes ??
- Qui ça ? Florian ? Bien sûr que oui !! S’il fallait que je lui donne tous les adjectifs qui me passent par la tête en pensant à lui, j’y passerai certainement une bonne partie de la nuit et toi ?
- Quoi moi ?
- Tu l’aimes aussi pas vrai ?
- Ce n’est pas d’aujourd’hui tu sais, mais déjà à cette époque je savais bien au plus profond de moi qu’il me serait toujours inaccessible et même maintenant qu’il n’est plus celui d’avant, je sais bien que ses pensées vont à quelqu’un d’autre !!
- Thomas ?
- Oui Thomas et puis toi aussi bien sûr, sans compter les autres !!
- Alors pourquoi n’y aurait-il pas une place pour toi ?

Jean Baptiste cherche visiblement ses mots.

- C’est compliqué !!
- Parce que tu en aimes un autre et que ton cœur ne sait plus à quoi se raccrocher ?
- Qui est ce qui t’a dit ça ?
- Florian !!
- Ahhh !!!
- Alors c’est vrai ? « Flo » a vu juste ? Je le connais dis-moi ?
- Moi Hi ! Hi !
- Pffttt !!! Décidément vous faites la paire niveau blagues à deux balles !!
- (Jean Baptiste curieux) Qu’est-ce qu’il t’a dit au juste ?
- Que ça crevait les yeux depuis plusieurs jours, je lui ai demandé qui ça pouvait bien être et il m’a répondu de chercher quelqu’un avec qui tu passais tout ton temps.
- Tu dois savoir qui c’est alors ?
- Heu !! Ben non justement et ça m’énerve de ne pas le savoir !!
- Tiens donc ?? Pourrais-je en connaitre la raison ?? Serais tu jaloux ??
- …..

Jean Baptiste a alors un sourire resplendissant qu’Antonin trop pris dans ses pensées ne voit pas.

- Si tu fermes les yeux, je vais te mettre sur la piste !!

Antonin sent son cœur se serrer, l’aveu de son ami lui amène une peine dont il ne saurait définir la raison.

- C’est donc bien vrai ??
- Ferme les yeux et tu le sauras !!

Antonin s’exécute, une larme s’écoule lentement sur sa joue pendant qu’il retient sa respiration à connaitre celui pour qui bat le cœur de son ami.

Jean Baptiste bien sûr ne peut manquer de la remarquer, à l’encontre du petit blond cette larme lui amène une joie qu’il n’aurait jamais pensé connaitre un jour et c’est avec une extrême douceur qu’il vient la cueillir du coin des lèvres avant d’amener celles-ci sur la bouche d’Antonin dans un baiser bref qui fait sursauter de surprise le petit blond, comprenant enfin tous les sous-entendus aussi bien de Florian que de Jean Baptiste.

Ses bras viennent s’enrouler fougueusement autour du cou de son ami, pendant que ses yeux s’ouvrent et qu’ils le lui rendent au centuple, en fixant son regard brûlant de plaisir dans le sien.

***/***

Une fenêtre s’ouvre dans son esprit, deux visages souriant lui apparaissent alors et qui s’embrassent tendrement devant lui en lui envoyant un message d’amour qui met Antonin dans un état d’émotion tel qu’il éclate en sanglot.

***/***

Jean Baptiste le serre plus fort dans ses bras.

- Tu ne les as pas perdus, ils t’aiment toujours autant !!
- Co….comment….
- Ils étaient dans ma tête à moi aussi, je ne sais pas comment c’est possible mais c’était comme s’ils me souhaitaient la bienvenue !! Comme si moi aussi ils m’acceptaient, tu comprends ?

Antonin acquiesce de la tête, toujours dans les bras de Jean Baptiste qui croit bon de préciser.

- Tu vas avoir du boulot à m’expliquer tout ça, mais pas maintenant !! Ce soir il n’y a que nous deux qui comptent, je t’aime !!

***/***

Quelques couples de promeneurs, profitant eux aussi de ce moment privilégié ne peuvent manquer d’apercevoir le jeune couple enlacé qui s’embrasse sans que plus rien ne compte autour d’eux et les sourires de ces personnes démontrent que tout n’est pas perdu sur cette terre pour ceux qui s’aiment et quel que soient leurs religions, leurs couleurs ou leurs sexes.



 
CHAPITRE 94 (304) (Camping de la dune) (Jeudi matin tôt) (Des visiteurs imprévus)


« Entrée du camping »

La voiture se gare au petit parking longeant la route nationale, cinq personnes en sortent visiblement pas mécontentes d’être enfin arrivé.

André déplie le plan que lui a confié Philippe et qu’il gardait dans sa poche, celui-ci indique les allées ainsi que les emplacements et il plaque son doigt sur deux d’entre eux qui sont cerclés d’un coup de feutre.

- Ça ne devrait pas être bien difficile de les trouver avec ce plan, allons-y !! Nous verrons plus tard pour nos affaires et s’il reste de la place pour une nuit ou deux.
- (Alain) Tu es sûr que c’est une bonne idée d’arriver comme ça sans prévenir ?
- Certain !! Je tiens à ce que vous voyez leur réaction qui confortera tout ce que vous avez appris depuis votre arrivée.
- (Nathalie) J’avoue avoir un peu le stress de rencontrer le nouveau Benj…. Oups !! Je voulais dire Thomas !!
- (Evelyne) Si toute cette histoire est exacte, je pense que pour lui aussi cette situation sera embarrassante !! Mais André a raison, sa réaction en nous voyant sera déterminante pour croire à tout ça !!
- (Thomas) Surtout après la description et les photos que vous a données de lui votre ami psychiatre, j’espère juste que tout se passera bien pour tout le monde !!
- (Alain surpris) Pourquoi en serait-il autrement ?
- En fait c’est lui de nous tous le plus à plaindre, qui connait-il réellement à par votre fameux Florian qui semble venir du même endroit ?
- (Evelyne) Tu as raison mon chéri, c’est pour cette raison que nous devrons faire attention à nos paroles !! Ce jeune homme doit être assez perturbé comme ça sans en rajouter plus qu’il n’en faut et puis c’est surtout à ton oncle et à ta tante que je pense, ce sont eux les plus concernés par l’arrivée de ce garçon !!
- (André) Léa toujours d’après Philippe, le considère déjà comme son frère et je pense que plutôt que toutes ces paroles qui n’ont de cesse de tourner en boucles depuis que nous avons appris son existence, le mieux est encore d’y aller voir par nous même !! C’est d’ailleurs le but de cette visite, je vous signale en passant.

André tourne le plan dans tous les sens pendant quelques secondes avant de tendre le bras vers une large allée.

- C’est par là !!

***/***

« Aux mobil-homes »

Comme d’habitude depuis qu’ils sont là, ce sont les filles qui sont levées les premières et préparent le petit déjeuner pour tout le monde, Léa rentrant juste de l’épicerie boulangerie avec les bras chargés de pain frais et de viennoiseries à l’odeur appétissante.

Chloé termine de mettre la table pendant que les deux cafetières chantent en se remplissant du breuvage qui déjà la fait saliver d’envie, elle vient aider sa copine en lui prenant le sac à pain des mains et en profite pour lui poser la question qui la démange depuis qu’elles se sont levées.

- « JB » n’a pas dormi seul cette nuit !!
- (Léa) J’ai vu ça !! Surprenant pas vrai ??
- Pas tant que ça en fait, j’avais déjà remarqué qu’ils passaient beaucoup de temps ensemble.
- Quand même !! Antonin semblait vraiment amoureux de « Flo » et Thomas !!
- Rien ne dit que ce ne soit plus le cas, avec eux plus rien ne devrait nous étonner !! Pour ma part j’ai plutôt l’impression que ça va arranger tout le monde, n’oublie pas que « JB » est venu ici à cause de ses sentiments pour Florian !!
- Va falloir qu’ils pensent à s’arrêter un jour, ils sont déjà deux de plus que dans ses souvenirs.
- Et nous on est toujours que deux comme de pauvres pommes Hi ! Hi !

Un bruit attire leurs attentions venant du deuxième mobil home, Léa se retourne en souriant.

- Tiens !! Justement, regarde qui arrive ? Voilà t-y pas notre zombie du matin qui a senti l’odeur du café Hi ! Hi !

Chloé regarde à son tour d’un œil attendri celui qui encore une fois marche au radar toute antenne déployée, elle soupire d’amusement sans pour autant manquer comme à chaque fois de se rincer l’œil au passage et elle attrape ensuite la cafetière pour lui servir sa première bolée.

Léa attend qu’il se soit assis pour venir derrière lui poser sa tête contre son cou et lui faire son bisou du matin, aussitôt suivi par son amie une fois que celle-ci a reposé la cafetière fumante sur son socle.

Elles savent bien que c’est pour elles le seul moment de la journée où il est tout à elles et ne se privent pas du câlin matinal, câlin que semble apprécier à sa juste valeur le petit rouquin qui se laisse faire avec un plaisir évident le regard brillant de toute l’affection qu’il éprouve pour ses deux amies.

- On est bien ici, pas vrai les filles??
- (Chloé) Dommage qu’on doive bientôt repartir !!
- Rien ne nous y oblige ? Après tout il reste plus d’un mois avant la reprise des cours et nous pourrions rester encore ici une semaine ou deux, vous en pensez quoi ?
- (Léa joyeuse) Ce serait trop cool !!!
- Comme ça vous pourrez aussi rester un peu plus longtemps avec vos copains, au fait !! En parlant d’eux !! Vous avez l’intention de nous les présenter un jour ou pas ?
- (Chloé) Hummm !!! Je ne sais pas si c’est une bonne idée Hi ! Hi ! Avec vous il y a de quoi se méfier, tu ne crois pas ?
- Arrêtez un peu !! S’ils avaient des penchants homo, ils ne seraient pas à passer leurs vacances avec vous deux !! Non, sans déconner !! Ce serait sympa qu’ils se joignent à nous, en plus vous avez l’air de bien les apprécier et je suis content pour vous deux, comme ça tout le monde a trouvé chaussure à son pied.
- (Léa amusé) Tu crois ça ?? Je ne pense pas que « JB » puisse mettre celles d’Antonin Hi ! Hi !
- Ni les miennes Hi ! Hi ! Mais celles de Thomas pourquoi pas !!

Je termine ma phrase en leur tirant la langue, démontrant par-là que tout va bien pour nous et qu’elles n’ont pas de soucis à se faire ni pour Antonin, ni pour Jean Baptiste et encore moins pour Thomas et moi.

C’est à ce moment-là de notre petite discussion, que j’aperçois avec surprise ceux auxquels je me serais le moins attendu à voir ici aujourd’hui et je me lève d’un bond pour courir à leur rencontre, apercevant les visages souriants de certains mais visiblement surpris pour les autres à me voir débouler sur eux de la sorte.

« Modifié: 18 septembre 2020 par laurentdu51100 »

laurentdu51100

*
  • ****
  • 1248
  • +12/-0
  • bonne lecture à tous et merci d'avance pr vs com
    • Voir le profil
Re : Florian 18 ans ou Le don de guérir (livre 3) (tome 3)
« Réponse #32 le: 18 septembre 2020 »
CHAPITRE 95 (308) (Reims) (Jeudi) (CHU) (Donnant/donnant)


Frédéric profite d’un moment de répit entre deux rendez-vous pour s’enfermer dans son bureau afin de réfléchir tranquillement à tout ce qui lui est tombé sur la tête depuis ces derniers jours.

L’épisode parisien l’ayant fortement marqué, il tente depuis lors de l’oublier en se donnant à fond dans son métier et Frédéric doit bien reconnaître que ça lui est devenu plus difficile qu’avant, chaque geste de sa part étant systématiquement comparé à la dextérité hallucinante de ceux auxquels il a été témoin venant du jeune Florian.

Comparaison qui bien sûr ne va pas à son avantage, alors qu’il a pourtant atteint une certaine renommée dans sa profession au point qu’il arrive maintenant assez fréquemment que des personnes en viennent souvent à devoir se déplacer d’assez loin pour n’avoir à faire qu’à lui.

Il doit également avancer sur les thèmes d’examens à faire passer à ce même Florian, reconnaissant par avance que s’il reste dans ceux habituels d’une première année de prépa ce sera lui faire perdre tout simplement son temps.

Frédéric décide alors de son propre chef d’anticiper ce qui pour lui est de toute façon inéluctable et c’est donc dans les connaissances nécessaires au passage des licences de terminales qu’il va chercher les exercices qu’il lui fera passer et par cette décision, il est bien conscient qu’il prend le risque de se faire désavouer.

***/***

« Plus tard dans l’après-midi »

Un appel téléphonique du secrétariat lui apprend qu’un visiteur demande à le voir, il n’est qu’à moitié surpris en apprenant de qui il s’agit et c’est avec curiosité qu’il accepte de le rencontrer.

Frédéric quitte son bureau pour aller le prendre en charge depuis l’accueil visiteur, il sourit en apercevant la stature imposante du personnage qui reste au demeurant des plus abordables et ce malgré ses responsabilités au sein de l’état.

- Monsieur Désmaré !! Quelle surprise !! Auriez-vous encore besoin de mes services ?? Pourtant j’ai pris des nouvelles pas plus tard que ce matin de nos trois patients et tout semblait aller pour le mieux pour eux !!
- C’est bien le cas en effet et d’après les médecins qui restent près d’eux, cela tient du miracle !! Nous savons vous et moi ce qu’il en est, mais peut être pourrions-nous discuter dans un endroit plus tranquille ?
- Bien sûr !! Où ai-je la tête !! Allons dans mon bureau, nous y serons plus à l’aise.

Frédéric passe devant et les deux hommes pressent le pas en silence jusqu’à ce qu’ils soient installés confortablement dans le bureau de Frédéric pour reprendre leur conversation.

- Bien !! Peut-être pouvez-vous me dire ce qui vous amène si loin de Paris?
- Depuis quelques temps c’est plutôt fréquent vous savez !! Le but de ma visite est de préparer l’arrivée de Florian dans votre ville, je ne vous cacherai pas que niveau sécurité ce n’est pas ce que j’aurai souhaité le mieux mais il ne veut rien savoir et tient vraiment à passer ses prochaines années d’études ici, je me doute bien que cette décision de sa part est purement affective et qu’il cherche par ce moyen à retrouver d’autres de ses amis pour qui il éprouve de forts sentiments, il y a bien sûr en premier lieu votre famille qui représente beaucoup pour lui mais pas que !! J’ai là une liste très précise de toutes les personnes qui lui étaient liées, j’aimerai que nous regardions ensemble si certaines d’entre elles vous sont connues !! J’avoue que ça me facilitera le travail et m’évitera de mobiliser trop de personnels pour cette recherche. Je dois également rencontrer le doyen de la faculté de médecine pour les mêmes raisons, car il y a un certain nombre de ces personnes qui suivant les souvenirs de Florian devraient y suivre leurs études.
- Voyons voir cette liste !!

***/***

« Une heure plus tard »

Frédéric après le bilan qu’il vient de faire avec Maurice reste avec un fort sentiment de trouble, car beaucoup des noms de spécialistes ou autres ayant appartenu de près ou de loin au personnel de l’hôpital et qui sont inscrits sur la liste de Maurice, ne sont plus là pour une raison ou une autre du fait de mutations voire même de maladies pour certains d’entre eux.

- Je n’en connais certains que par on dit d’autres collègues qui les ont bien connus, ils avaient déjà quitté l’établissement avant mon arrivée et d’autres parce qu’ils m’étaient plus intimes, le fait est qu’il ne reste pas grand monde encore présent sur cette liste !!
- (Maurice troublé) Ce qui ne va pas pour plaire à Florian quand il va l’apprendre !!
- Il doit quand même bien s’attendre à ne pas tous les retrouver comme là d’où il vient ?
- Sans doute, mais là il ne reste quand même pas grand monde !!
- Je ne connais pas tout le personnel de l’hôpital non plus, surtout quand il s’agit des infirmiers ou autres personnels soignants qui ne sont pas rattachés à mon service !! Je me renseignerai discrètement auprès de la direction des relations humaines, je pense y trouver la trace de quelques-uns de cette liste et au pire connaître où ils ont été mutés dernièrement.
- Bien !! Dans ce cas j’attendrai de vos nouvelles !! Pendant que je suis là, où en êtes-vous avec votre famille au sujet de son éventuel hébergement ? Vous pouvez toujours refuser vous savez !! Florian n’est pas au courant de nos démarches et nous voulions juste lui en faire la surprise !!
- Nous cherchons un moyen pour que mes fils le rencontrent de façon, comment dire….plus naturelle !! Si vous voyez ou je veux en venir ?
- (Maurice amusé) Quelle drôle d’idée ?? Florian les connaît trop bien pour ne pas les reconnaître de suite !!
- Nous pensions plutôt ma femme et moi, trouver une astuce pour qu’ils puissent s’en faire une idée sans être vus de lui.
- Il me semblait pourtant qu’un de vos fils avait déjà eu à faire avec l’autre ?
- L’autre ??
- Oui !! C’est comme ça que je nomme le Florian d’avant l’accident, j’avoue que je n’arrive pas à penser à lui d’une autre façon tellement ils sont dissemblables Hi ! Hi ! Je vais regarder de mon côté ce que je peux faire pour vous aider, j’ai peut-être une idée !!
- Ça m’ôterait une belle épine du pied !!
- Est-ce que vous pourriez vous rendre tous libres pour un petit voyage d’un à deux jours ?
- S’il le faut, bien sûr !!
- Je vous appelle dans la semaine pour vous dire ce qu’il en est !! J’espère que vous aurez pu avancer sur la liste de votre côté !!



 
CHAPITRE 96 (309) (Camping de la dune) (Jeudi soir) (Tentative)


Le repas du soir ressemble de plus en plus à ceux de mes souvenirs au vu du nombre de personnes qui s’y installent à nos tables et qui s’étoffe de jours en jours de nouveaux arrivants.

Comme d’habitude une fois le dîner terminé, les groupes se forment pour aller à leur envie du moment et je me retrouve cette fois avec Raphaël Yuan et Thomas, en route pour passer quelques heures au sommet de la dune là où je me sens particulièrement bien.

Nous arrivons donc à l’endroit précis où Thomas est réapparu dans ma vie pour nous y asseoir en formant un cercle, chacun ressentant mystérieusement une sorte de force étrange qui semble émaner du lieu lui-même.

- (Yuan) Est-ce que vous ressentez comme moi les gars ??
- (Thomas) Oui !! C’est comme si l’air vibrait !!
- (Raphaël) Ça me picote la peau, ça fait bizarre !!

Ils se tournent vers moi qui n’ai encore pas prononcé une parole.

- (Yuan) Tu sais ce que c’est Florian ?
- Je pense que ça doit être un point de jonction entre différentes réalités, j’imagine que c’est grâce à cet endroit si l’échange a pu se faire et je me demandais si je pourrais retenter l’expérience en essayant de me concentrer sur une personne en particulier.
- (Raphaël inquiet) Hé !! Tu ne vas pas encore essayer d’envoyer l’un d’entre nous dans une autre réalité en échange d’un autre j’espère ??
- Non, rassure-toi !!

Thomas voit mon air pensif et la partie de son esprit toujours dans le mien essaie de suivre le fil de mes pensées, un grand sourire illuminant d’un coup son visage malgré l’effarement qu’il ressent à comprendre ce que j’ai en tête.

- Tu crois que c’est possible ??
- C’est justement la question que je me pose !! Mais il va me falloir l’aide du plus de monde possible, je suis en cours de calcul de l’énergie qui me serait nécessaire et mes premières estimations démontrent que le danger serait trop grand pour moi à ce stade de tenter l’expérience seul.
- (Yuan) Comment pourrions-nous t’aider ??
- C’est encore à découvrir !! Mais avant de vous exposer mon idée qui au demeurant va vous paraître complètement loufoque, je voudrais tenter autre chose qui me confortera dans la possibilité qu’elle puisse se réaliser.
- (Thomas) Benjamin !!

Je hoche négativement la tête, mon cerveau étant d’un seul coup bien trop en ébullition pour pouvoir décrocher une parole.

Thomas sent son esprit commencer à être emporté dans un maelstrom d’une puissance telle, qu’il n’a que le temps de se déconnecter en refermant d’un coup cette porte virtuelle qui le relie à Florian et c’est le front couvert d’une transpiration soudaine qu’il rouvre enfin les yeux, remarquant les regards inquiets que ses deux autres amis portent sur lui.

- (Raphaël) Ça va « Thom » ?? J’ai bien cru que tu allais t’évanouir !! Tu es devenu subitement blanc comme un linge !!
- (Thomas) C’est ma connexion permanente d’avec « Flo » !! Son esprit est devenu tout d’un coup comme démultiplié et je n’ai eu que le réflexe de me déconnecter à temps, sinon je ne sais pas où je serais parti avec lui !!
- (Raphaël) Pourquoi ?? Il est parti quelque part ??

***/***

Thomas tourne son visage inquiet vers le petit rouquin figé comme en transe, ses mains viennent alors lui prendre les siennes pour lui montrer par ce simple geste qu’il est de tout cœur avec lui et Thomas sent alors une torpeur le prendre soudainement, comme si il se vidait peu à peu de toute son énergie.

- Placez vos mains sur les miennes les gars !! Florian a besoin de forces pour ce qu’il tente de faire !!

Yuan et Raphaël s’exécutent aussitôt et ressentent à leur tour l’impression de fatigue ressemblant fortement à celle qui les prend lors d’efforts physiques prolongés.

- (Yuan) Qu’est-ce qu’il nous arrive ??
- (Raphaël) Je me sens complètement vider d’un seul coup !!
- (Thomas inquiet) Tenez bon les gars !! Concentrez-vous !!

***/***

Mon cerveau reprend son rythme d’activité normal, j’ai ressenti à un moment un regain de force qui m’a été précieux et qui m’a permis de mener à bien l’idée que j’avais en tête, mesurant ainsi le besoin exacte de puissance mentale nécessaire à la mettre en œuvre.

J’ouvre les yeux satisfait des résultats quand j’ai la vision de mes trois amis effondrés sur le sable, leurs mains bizarrement tenues au-dessus des miennes.

Un bref instant où un sentiment de panique me prend et où j’envoie une sonde mentale vers eux pour constater avec soulagement qu’ils ne sont qu’endormis, récupérant ainsi d’une énorme fatigue tant psychique que physique.

Je comprends alors d’où m’est venu ce regain de force et je souris tout seul d’émotion à regarder ceux qui me l’ont apporté sans se préoccuper apparemment des conséquences qui auraient pu leur arriver niveau santé.



 
CHAPITRE 97 (310) (Afrique) (Jeudi soir) (La planète des Élus)


***/***

« Clairière des pierres »

L’aura bleutée semble s’agiter inhabituellement pour Naomée, qui s’en étonne en interrogeant l’esprit du dieu qui est dans sa tête.

- Que se passe-t-il ??
- La montée en puissance de l’unique a été ressentie par mes frères !!
- Et c’est bien ??
- Bien ou mal nous ne pouvons pas le prédire, ça révèle simplement que les temps approchent où tout ce qu’il est lui reviendra mais aussi où plus rien ne pourra l’arrêter.
- Même pas vous ??
- Nous ? Mais nous ne sommes rien !! Il est le commencement de tout ce qui est et sa puissance n’a pas d’égale.
- (Naomée curieuse) Mais alors pourquoi est-il là ?? Pourquoi ne se souvient-il de rien ??
- Je ne peux répondre à tes questions, mais sache qu’il a accepté le sacrifice de notre race alors qu’il aurait très bien pu ne pas se laisser prendre au piège !! Nous y avons beaucoup réfléchi durant ce millénaire et nous en avons conclu qu’il y avait encore dans son esprit un peu de ce qu’il était avant sa démence. Ce reste de lucidité lui a fait accepter ce châtiment au but non pas de le tuer !! Ce qui d’ailleurs nous était impossible, mais celui de le plonger dans la vie mortelle avec ses créations afin qu’il y retrouve certains des sentiments qu’il avait perdu comme la compassion ou encore l’empathie mais aussi l’amitié, l’amour, la famille et la justice. Tout ce panel de qualités qui font votre force à vous autres humains, quand vous voulez bien vous donner la peine de vous y consacrer et ne pas plonger dans votre côté obscur qui déclenche bien trop souvent la haine et les guerres.
- Je comprends !!
- Qu’as-tu compris jeune humaine ?
- Le but qui vous pousse à envoyer Taha vers lui !!
- Quel est donc ce but ?
- De vous assurer qu’il est bien sorti de ce qui a occasionné son châtiment !!

***/***

« Conversation mentale entre les entités »

- Cette race primitive est étonnante !!
- Elle est curieuse comme nous l’étions avant l’ascension !!
- Capable du meilleur comme du pire !!
- Créée à notre image !!
- Qu’as-tu dit mon frère ??
- Il n’y a donc que moi qui s’est posé cette question ?? Il n’y a donc que moi qui ai reconnu ceux venus à nous depuis quelques temps et qui font tous partie des Élus ou du moins des humains y ressemblant traits pour traits en portant étrangement le même nom à peu de chose près ??


Murmure de consternation parmi les entités.

- Ce monde qui existe en autant de répliques temporelles qu’il existe de fragments de l’esprit de l’unique, a été créé à l’image de notre planète mère du temps où nos ancêtres commençaient à entrevoir l’univers qui nous entourait alors !! Les Élus viennent tous de notre race mais aussi de cette époque où « lui » aussi aimait partager le quotidien de notre planète, remerciant ceux qu’il aimait en leur donnant le « don » d’immortalité en créant ainsi la caste peu nombreuse des Élus.
- Il aurait recréé notre monde d’origine ? C’est ce que tu prétends mon frère ?
- N’était-ce pas la meilleur façon pour l’unique de revenir à ses sources ? De retrouver tout ce qu’il avait perdu ?
- Ton raisonnement maintenant que tu nous l’as exposé parait logique mon frère !! Pourquoi ne l’avons-nous pas eu plus tôt ?
- Je viens juste d’en avoir la pensée !!
- Mais alors !! Notre planète mère existe toujours en quelque sorte et c’est celle où nous sommes, mais a une période tellement reculée que nous n’en avions pas conscience !!
- En quelque sorte mon frère, du moins pour celle qui est dans le bon espace-temps.
- Ces humains seraient donc nos ancêtres ??
- Je ne dirais pas ça, mais plutôt qu’ils sont la parfaite image de nos ancêtres !!
- Une image plutôt réaliste si nous en jugeons par l’apparition de celles qui dupliquent les Élus !!
- Nous dévions du sujet qui nous préoccupe mes frères !! Je comprends bien la passion que nous éprouvons tous à cette conversation, mais je vous rappelle que nous venons une nouvelle fois d’être témoin d’une rupture du continuum espace-temps et ce sans en comprendre la raison, d’autres que nous finirons par s’en apercevoir à leur tour et dois-je vous rappelez qu’il n’y aura certainement pas que des amis dans ceux-là, l’impérium qui a dû se mettre en place depuis son départ ne cédera pas sa place sans combat.
- Qu’en savons-nous au juste ? Le prince légitime gouverne peut-être par intérim en attendant leurs retours ?
- Je ne crois pas, non !!
- Et pourquoi donc ??
- Les prières !! Crois-tu que les peuples feraient appel à « lui » s’ils étaient heureux et en paix ? Un retour si soudain à la ferveur de masse ne peut indiquer qu’une chose, un très grand malheur est en train de se produire au sein de l’empire !!

***/***

« Au sommet de la dune »

Pendant que mes amis reprennent des forces en faisant cette sieste bien méritée, je reste là à réfléchir aux conséquences de ce que je m’apprête à tenter et je me rends bien compte que je dois en parler avant à ceux qui seront les principaux concernés, même si je suis certain qu’au final et si bien sûr mon idée réussie, ils m’en seront éternellement reconnaissant.

Mon « absence » de tout à l’heure n’était que pour plonger dans mon esprit dans un premier temps afin d’y retrouver des souvenirs d’autres vies que j’aurais vécues et qui ne m’étaient encore jamais revenues en mémoire, pour ensuite et c’est là que mes amis sont intervenus pour m’en donner la puissance nécessaire, d’aller vérifier de visu si j’avais déjà vraiment eu ce « don » qui a fait revenir Thomas.

Ce que je suis ou plutôt ce que je deviens me fait de plus en plus me poser la question de ce qu’a bien pu voir Philippe pour en devenir fou comme je l’ai retrouvé à mon réveil lors de la séance d’hypnose, un plan commence alors à prendre forme dans mes pensées.

Un plan qui me permettrait de voir ce que Philippe a vu sans pour autant lui infliger une nouvelle fois cette démence qui brillait dans ses yeux, mais voilà !! Acceptera-t-il de retenter l’expérience ??

Pour le savoir, le mieux est de le lui demander et pendant que j’y suis, demander aussi à ceux qui sont concernés par mon idée précédente de venir au plus vite également.

Je me concentre donc une fois de plus pour tenter d’entrer en contact avec eux et ce même si ce sera une première fois pour moi d’aussi loin avec quelqu’un d’autre que mon Thomas.

***/***

« Appel mental »

- Philippe !! Maurice !! J’ai besoin de vous voir rapidement, c’est une histoire de vie pour une mort !!

Je m’apprête à couper la communication quand je me rappelle d’un truc qui me fait bien rire.

- Ah oui au fait !! J’oubliais !! C’est moi…. Florian Hi ! Hi !

« Modifié: 18 septembre 2020 par laurentdu51100 »

laurentdu51100

*
  • ****
  • 1248
  • +12/-0
  • bonne lecture à tous et merci d'avance pr vs com
    • Voir le profil
Re : Florian 18 ans ou Le don de guérir (livre 3) (tome 3)
« Réponse #33 le: 18 septembre 2020 »
CHAPITRE 98 (311) (Camping de la dune) (Jeudi soir) (Envie de sexe)


Maintenant il ne me reste plus rien d’autre à faire qu’attendre, étrangement je me sens en pleine forme malgré l’utilisation assez poussée de mon « don » et je me demande si le fait d’avoir rallié à ma conscience tous ces souvenirs de vies passées, n’y est pas pour quelque chose.

Un dernier soupir avant de clore ces pensées, qui de tout façon n’amèneront pas encore cette fois la compréhension de ce que je suis et que je cherche depuis si longtemps.

Mon attention se reporte alors sur mes trois amis qui m’offrent une vue de leur corps alangui qui je dois bien l’avouer commencent à me donner des pensées libertines voire cochonnes.

Un petit coup d’esprit en direction d’Antonin pour constater qu’il ne s’ennuie pas avec son « JB », celui-ci agréablement surpris de son manque manifeste de blocages ainsi que de ses manières plutôt directes de prendre les « choses » en mains, lui évitant par là même toutes initiatives que sa pudeur et son manque de pratique lui faisait hésiter à prendre, malgré l’envie manifeste qu’il en avait.

Antonin s’en aperçoit et calme un peu le jeu avec son « petit » copain, le temps pour lui aussi de voir ce qu’il se passe autour de moi et sourire d’amusement en les voyant tous écroulés sur le sable.

« Conversation mentale »

- Wouah !! Vous ne vous êtes pas ennuyés à ce que je vois !!
- Ce n’est pas ce que tu crois, je t’expliquerai Hi ! Hi !
- Ça te dit de venir nous rejoindre ? « JB » ne demande que ça tu sais et maintenant il n’y a plus aucunes raisons que tu l’évites !!
- Comment ça ? Ha !! Je comprends !! Vous n’avez pas perdu de temps !!
- Comme tu vois Hi ! Hi ! Alors tu viens ??
- Ok, j’arrive !! Gardez vos forces Hi ! Hi !
- T’inquiète !! Nous avons de la réserve !! Magne tes petites fesses, j’ai hâte de m’en occuper !!

***/***

« Mobil-home »

Antonin fait un clin d’œil à Jean Baptiste qui se demande bien pourquoi.

- Qu’est-ce qu’il y a ?
- Devine qui vient nous rejoindre ?
- ???????
- Florian pardi !! On a juste le temps de prendre une douche vite fait avant qu’il n’arrive !!
- (Jean Baptiste) Quand tu parles de venir nous rejoindre, tu veux dire pour faire l’amour ?
- Bien sûr !! Ne va pas me dire que ça ne te fait pas plaisir surtout, je sais très bien que tu l’aimes et que c’est pour cette raison que tu es venu jusqu’ici !!
- Oui, bien sûr !! Mais si je m’attendais….
- Et bien ne t’attends plus et viens prendre cette douche Hi ! Hi ! Florian n’est pas particulièrement adepte des odeurs et ça nous fera du bien en plus, rien de tel pour reprendre la forme !!

***/***

Descendre la dune ne me prend que quelques minutes, je me retrouve donc au mobil home avant le retour de mes deux loustics qui sont encore à se briquer de la tête aux pieds.

Je calcule que j’ai le temps moi aussi de prendre une douche dans celle petite du mobil home avant qu’ils ne reviennent, m’allongeant ensuite sur le lit pour les attendre.

J’entends enfin leurs pas, la porte d’entrée s’ouvrir et mes deux amis apparaître dans l’encadrement de celle de la chambre, « JB » les yeux soudainement brillants du plaisir de me voir déjà là à les attendre.

Antonin lui prend alors la taille en le guidant doucement vers le lit, je me pousse sur un côté pour leur laisser la place et « JB » se retrouve tout naturellement au milieu, tendu comme un arc par l’énorme boule de stress qui le prend soudainement à se retrouver près de moi pour ce que nous nous apprêtons à faire.

Antonin me regarde visiblement troublé par une pensée qui vient de lui venir, son esprit pose alors la question qui lui brûle la langue.

***/***

« Conversation mentale »

- Tu es sûr qu’il n’y a pas de soucis « Flo » ?
- Non, pourquoi ?
- Je viens juste de repenser à ton copain Damien et je me suis soudainement rapp….….
- Ne te fais pas de soucis pour Damien, comme je te l’ai déjà dit j’ai bien réfléchi à ce que m’a dit Philippe sur le fait d’avoir laissé passer sa chance avec « JB » et de toute façon Jean Baptiste semble avoir fait son choix ? J’ai la bonne personne pour Damien maintenant, ou du moins je devrais l’avoir bientôt.
- Tu es sûr ??
- Crois-moi sur parole !! Dans ma tête et sans que je sache encore pourquoi, il ne pouvait en être autrement.

***/***

Mon attention revient alors sur « JB » qui me semble vraiment mal à l’aise, j’essaie de me mettre à sa place pour comprendre ce qu’il ressent et c’est à l’oreille que je lui parle pour le détendre.

- Tu veux un bandeau comme l’autre soir sur la dune Hi ! Hi !
- (« JB ») Je….j’ai….enfin tu comprends…. !!!
- Dis-nous ce qui te gêne une bonne fois pour toute, je peux aussi repartir si ce n’est pas ce que tu voulais ?
- Non….non !!! Reste là « Flo » !! C’est pas toi, c’est….les autres !!



 
CHAPITRE 99 (312) (Camping de la dune) (Jeudi soir) (Envie de sexe) (fin)


Je regarde Antonin qui semble tout autant étonné que moi d’entendre les paroles de notre copain.

- (Antonin) Les autres ?? Quels autres ??
- …..

Je crois comprendre sa pensée.

- Tu te dis que si nous faisons l’amour, les autres penseront qu’ils en auront le droit eux aussi et tu n’en as pas envie, c’est ça ??
- (« JB ») Mais non !! Tu n’y es pas du tout !!! C’est à cause de Damien, ils m’en ont tous parlé en me faisant bien comprendre que je lui étais réservé tu comprends ??
- Ce que je comprends c’est qu’ils devraient s’occuper de ce qui les regarde !!! Réservé ?? C’est quoi cette embrouille ?? Personne n’est réservé pour personne, ici chacun est libre de ses choix et de ses expériences, en plus tu n’as jamais vraiment aimé Damien pas vrai ??
- (« JB ») Si bien sûr, mais juste comme un ami un peu particulier !! Je savais qu’il éprouvait des sentiments pour moi et quelque part ça me faisait plaisir, je n’ai jamais cherché rien de plus avec lui que son amitié.
- (Antonin) Ce n’est pas ce que tu avais répondu à Philippe la première fois que vous vous êtes rencontrés ?
- (« JB ») C’était une excuse que j’avais trouvé pour ne pas faire trop de peine à « Dami ».
- Pourquoi n’as-tu pas dit ça aux autres ??
- (« JB ») C’est qu’ils avaient l’air si sûr d’eux eux aussi !!

Je ne peux m’empêcher de sourire à le voir si perdu dans ses sentiments, Thomas qui partage mes pensées depuis qu’il est réveillé ressent la même chose et l’attachement que nous portions déjà à ce garçon si gentil et sensible monte alors de plusieurs crans, l’amenant tout naturellement dans le clan encore restreint malgré tout de ceux avec qui nous partageons volontiers notre vie sexuelle.

Je reviens tout naturellement sur la dernière phrase de Jean Baptiste.

- Visiblement ils se sont trompés puisque c’est avec « Tonin » que tu es maintenant, vous êtes bien ensemble pas vrai ??
- (« JB » sourit) Pour ma part je dirais un grand oui !! Mais je ne suis pas seul à pouvoir le dire et « Tonin » vous aime aussi toi et Thomas, ça risque d’être compliqué tu comprends ?
- Pourquoi compliqué ?? Je suis bien là ce soir pas vrai ?? Où ça risquerait de le devenir par contre, c’est si tu n’éprouvais rien pour Thomas parce que l’un ne va pas sans l’autre. Pour Antonin je ne me permettrais pas de parler à sa place, juste vous donner mon ressenti sur ce que moi j’en pense !! Vous allez très bien ensemble, c’est le moins qu’on puisse dire en vous voyant tous les deux et nous sommes ….comment dire sans que ce soit mal interprété…. Soulagés….oui c’est le bon terme !! Nous le sommes de ne plus être l’exclusivité amoureuse du blondinet, pas que nous t’aimons moins qu’avant « Tonin » !! Bien au contraire je dirais même, mais nous préférons te savoir avec quelqu’un qui t’aime autant que nous t’aimons au cas où nous serions appelés Thomas et moi à changer une nouvelle fois de réalité.

Mes paroles créent un début de panique émotionnelle sur Antonin, qui ne s’attendait certainement pas à l’idée que nous pourrions le laisser en arrière et son visage devient livide rien qu’à cette pensée, me faisant changer rapidement de place pour me positionner entre eux deux cette fois et pouvoir ainsi le prendre dans mes bras.

- Rien ne dit non plus que ça se fera « Tonin », c’est juste une possibilité qu’il faut prendre en considération et nous serons très certainement plus rassurés maintenant que nous te savons aussi avec Jean Baptiste.

Je me tourne vers « JB » en le prenant à son tour par l’épaule et en le secouant gentiment.

- Et pour toi c’est la même chose, même si nous te connaissons depuis moins longtemps !! Mais pour l’instant nous sommes tous dans cette réalité et il me semble être venu pour quelque chose de bien précis, on attend quoi alors ??

Je souris de voir la moue qu’ils font tous les deux en me regardant, s’observant ensuite du coin de l’œil devenu subitement pétillant de malice pour savoir lequel des deux va prendre le premier les choses en mains et c’est « JB » qui ne résiste plus à l’envie de m’embrasser, envie qui à la façon qu’ont ses lèvres à s’emparer des miennes ne date certainement pas d’hier.

Je pense un bref instant à ce qu’il se serait passé si l’autre Florian avait compris ce qu’éprouvait Jean Baptiste pour lui, j’en ai un frisson d’appréhension dans le dos qui est pris par « JB » comme le plaisir que je ressens à notre baiser et je dois bien avouer que l’instant d’inquiétude précédent passé, c’est l’exact vérité.

Pendant que nos bouches se donnent l’une à l’autre, je sens mon short et mon caleçon descendre rapidement sur mes chevilles pendant qu’une langue fébrile s’insinue dans ma raie culière et que deux mains la rejoignent rapidement pour écarter mes deux globes fessiers afin de pouvoir lui permettre d’aller là où elle voulait et venir me dévorer le petit trou en me faisant pousser un son rauque du plaisir que j’éprouve à l’y accueillir.

C’est le début d’une fin de nuit encore une fois mémorable qui laissera autant Antonin que Jean Baptiste sur les rotules enlacés l’un à l’autre, alors que je pars retrouver mon Thomas dans notre chambre sur la pointe des pieds afin de ne réveiller personne d’autre et qui m’attend de pieds ferme pour soulager son corps de l’énorme excitation qu’il a eu d’avoir suivi mes ébats avec le nouveau couple en date.

Quand je m’aperçois de ses intentions suffisamment visibles ne serait-ce déjà qu’au niveau de son bas ventre tout tendu d’impatience, j’ai un sourire qui l’étonne autant qu’il le trouble en même temps que mes vêtements partent une nouvelle fois dans les airs pour le rejoindre nu en m’étendant sur son corps chaud.

- (Thomas) Ne me dis pas que tu as encore envie après la nuit que tu viens de passer ??
- La nuit ?? Quelle nuit ?? Hummm !! C’est quoi ce truc tout dur que je sens entre mes cuisses ??
- Y a pas à dire, tu n’es vraiment pas normal quand il s’agit de sexe !! Oups !! Tu fais quoi là ?? Arrhhh !! Pas ça « Flo » sinon je vais jouir trop vite !! Arrhhh !!




 
CHAPITRE 100 (313) (Paris) (Le samedi suivant) (Direction Marketing France de la marque CK)


Irène ainsi que son collègue et ami Bastien ne sont pas peu fiers en sortant du bureau de leur patron, la présentation que ce soit du spot TV comme celle des photos destinées aux premières pages des magazines a été un vrai succès comme jamais ils n’en avaient encore connu jusqu’à ce jour.

L’engouement général suite à la projection du petit film de vingt secondes a été tel qu’il a fallu le repasser au ralenti avec maintes fois des demandes spécifiques d’arrêt sur image.

- (Irène) Nous avons eu le jackpot cette fois, tu as vu la trombine du patron Hi ! Hi !
- (Bastien) C’était couru d’avance !! Rappelle-toi déjà la tête des techniciens au montage du spot ? Je ne les avais encore jamais vus comme ça et j’ai bien cru qu’ils allaient se battre pour savoir quelles images il fallait conserver plus que d’autres.
- Ce qui n’a pas été le cas pour la photo à choisir pas vrai ? Le sourire et la pose de Raphaël sur cette image est superbe, dommage que ce garçon magnifique ait pris la décision d’arrêter !!

***/***

« Pendant ce temps-là, dans le bureau de la direction »

L’homme en costume cravate s’égosille au téléphone.

- Je veux les meilleurs horaires de diffusion !!! Vous m’entendez ??
- …..
- Comment ça quels Pays ?? Mais tous ceux avec qui nous avons des accords commerciaux, bien évidemment !!!
- …..
- On ne retouche rien !! Je veux la version originale sur toutes les chaînes du monde entier !!
- …..
- Vous n’aurez qu’à faire mettre des sous-titres !! Le son de cette bande est presque aussi important que l’image !! Le rire du petit rouquin est impayable Hi ! Hi !
- ….
- Le plus tôt possible !! L’idéal serait pour le début de la prochaine semaine !!
- ….
- Pas de date limite de diffusion !!
- ….
- Il n’y a pas de « mais monsieur », j’ai dit pas de date c’est bien compris ?? Je sens que ce spot va faire notre fortune !!
- ….
- Pareil pour les revues papiers et les posters sur panneaux extérieurs, d’ailleurs il faut en louer d’autres !! Le maximum disponible sur les marchés !! Je veux qu’on voie le sourire de ce garçon avec notre dernier maillot partout où il y a un potentiel de vente !!
- ….
- Le plus tôt possible également !! Ce serait d’ailleurs bien que les deux campagnes débutent en même temps.
- ….
- Lundi prochain ? Et bien c’est super !! Vous voyez quand vous voulez !!
- ….
- Non !! Ce n’est pas la peine, j’ai déjà envoyé les fichiers à nos différentes directions internationales et ils m’ont donné carte blanche, j’ai l’impression que nos usines vont bientôt tourner à plein régime.

***/***

« Bureaux de Maurice Désmaré, DST Paris »

Dire que Maurice depuis sa dernière rencontre avec Florian se sent bien dans ses baskets serait une sacrée gageure, sa tête lui fait mal à force de ressasser cette conversation qui a commencé de façon peu orthodoxe par une convocation mentale aussi surprenante que succincte à laquelle il s’est rendu le lendemain matin même à la première heure et d’y retrouver Philippe ainsi que les frères Louvain ne l’a pas vraiment étonné non plus, sachant déjà que Philippe avait reçu le même appel que lui la veille au soir.

Ce qui par contre lui a amené cette stupeur qu’il ressent encore en ce moment comme elle l’a amené également aux trois autres hommes présents ce matin-là devant Florian, ça a été la demande du jeune rouquin qu’ils ont tous pris au début pour une plaisanterie du plus mauvais goût qu’il soit mais qui devant le sérieux de Florian a rapidement amené le trouble dans leurs pensées et ce au point qu’aujourd’hui encore Maurice en soit à se demander s’il n’a pas rêvé tout ça.

Après en avoir parlé au président lui-même qui l’a surpris à son tour en autorisant après avoir pris connaissance de la demande, à ce que tout soit mis en œuvre pour la réaliser dans les délais demandés.

La seule condition est l’acceptation écrite de ceux qui sont directement concernés par ce que veut entreprendre Florian et qu’il s’occupe lui-même des demandes administratives pour que celles-ci soient validées au plus vite, ainsi que les papiers idoines qui seront ensuite nécessaires.

Maurice a profité de ce blanc-seing présidentiel pour faire valider dans la foulée les demandes administratives d’Antonin et de Thomas qui du coup devraient leur parvenir plus rapidement que prévu.

Ne lui reste plus que la partie « délicate » de la demande, mais pour ça il va devoir retourner à Aix en Provence mais avant ça avoir une conversation avec son épouse pour connaitre quel serait son ressenti à elle si une telle chose leur était demandé.

***/***

« Hôtel d’Arcachon où ont pris pension les Louvain »

Les deux couples Louvain sont installés dans une des chambres avec Philippe qui les a rejoints tôt ce matin-là, profitant de ce que Thomas dort au camping pour avoir cette discussion après une nuit agitée où chacun n’a pu trouver le sommeil et pour cause, l’idée de Florian étant de celle qui mettrait n’importe qui dans tous ses états.

- (Alain) Qui a compris la réponse de Florian quand on lui a demandé pourquoi il voulait faire une chose pareille ?
- (André) Qu’a-t-il voulu dire par là ??
- (Philippe) Je pense connaitre ses intentions !! Il a sans doute redécouvert un de ses « dons » enfouis dans sa mémoire.
- (Alain curieux) Un « don » ? Mais de quel « don » nous parles-tu?

« Modifié: 18 septembre 2020 par laurentdu51100 »

laurentdu51100

*
  • ****
  • 1248
  • +12/-0
  • bonne lecture à tous et merci d'avance pr vs com
    • Voir le profil
Re : Florian 18 ans ou Le don de guérir (livre 3) (tome 3)
« Réponse #34 le: 18 septembre 2020 »
CHAPITRE 101 (314) (Afrique) (Dimanche) (Le couple parfait)


« Clairière des pierres »

Taha serre son amie endormie dans ses bras, il profite d’être un maximum près d’elle car il ne sait toujours pas quand ni combien de temps il sera absent quand il devra suivre les deux blancs pour prendre l’oiseau de fer qui lui fera traverser l’océan.

Son cœur bat à tout rompre de cet immense bonheur qu’il connait depuis ce jour où il a découvert la transformation de Naomé en une magnifique jeune femme qui n’a absolument rien perdu de tout ce qui l’attirait déjà vers son ami.

Les mêmes traits de visage quoique quelque peu adouci par des cils plus longs, un corps qui a gardé son aspect athlétique fin et musclé, aux mêmes petites fesses fermes.

Ce qui a changé en Naomé n’est finalement situé qu’au niveau des attributs sexuels, ce qui n’intéressait pas plus que ça Taha quand il était encore un garçon mais qui depuis lui fait souvent sortir les yeux de la tête d’un désir sans cesse renouvelé.

La découverte de la transformation l’a laissé figé et sans voix à l’orée de la clairière, son regard ne pouvant croire à un tel bonheur et c’est Naomée qui s’est précipitée sur lui pour l’enserrer dans ses bras et lui dénoué avec fébrilité la liane retenant son étui pénien, pour se jeter ensuite sur ce sexe tendu qui a toujours été la friandise préférée de Naomé lors de leurs joutes entre garçons alors que lui n’avait alors d’yeux que sur le petit trou palpitant qu’il savait investir en profondeur quand il en éprouverait l’envie.

Cette fois ci il n’a pas eu le temps d’explorer ce côté de sa nouvelle compagne que déjà celle-ci l’a couché sur le sol pour venir s’empaler sur son sexe et perdre cette virginité qui n’a eu que le temps de dire son nom avant de disparaitre dans les limbes de l’oubli avec une légère trace de sang comme dernière preuve de son existence.

Depuis lors ils ne se sont guère quittés, passant le jour et la nuit à faire l’amour comme si c’était leur façon de rattraper un temps qu’ils n’avaient pourtant pas perdu.

Taha caresse la petite poitrine ferme de son amie, souriant à sentir une fois de plus les tétons se raidir d’excitation au contact de ses doigts qui les malmènent tout en douceur et il n’est pas surpris d’entendre le petit son de gorge de Naomée qui exprime ainsi son plaisir, comme il n’est pas surpris de la main ferme et chaude qui vient lui prendre le sexe pour le malaxer tout en douceur et l’amener rapidement à l’envie de la posséder, prouvant également que sa jeune compagne reste avec ses habitudes directes qu’ont les garçons et qu’apprécie au plus haut point Taha qui a toujours eu horreur des minaudages du sexe opposé.

Naomée lui prend la main avec celle qui lui reste de libre pendant que l’autre continue à le faire raidir encore plus, l’amenant à son sexe déjà tout lubrifié de l’énorme excitation qui la tient à l’idée de recevoir encore le membre de son chéri qui va une fois de plus lui amener un plaisir qui la laissera exsangue et sans force.

Taha sent la chaleur bouillonnante de ce puits d’amour quand ses doigts y pénètrent, la réaction de Naomée qui se cambre lui fait vibrer son sexe qui lâche alors quelques gouttes de sperme et se tend à lui faire mal.

Ses doigts caressent l’intérieur humide pendant quelques secondes avant de se concentrer sur le mini pénis tout bandé sortant de sa gaine qu’il frotte rapidement de son majeur lubrifié, faisant pousser un feulement animal à Naomée qui en tremble d’excitation.

Taha n’en peut plus à son tour, il se redresse sur les genoux pour venir se positionner entre les jambes de sa chérie et les lui prendre pour les mettre sur ses épaules, entrant ensuite en elle avec une virilité affirmée qui amène en retour un cri de jouissance de sa compagne.

Naomée lui plaque ses deux mains sur les fesses pour qu’il entre encore plus loin en elle, ses yeux plongeant dans les siens avec un sourire démontrant toute la complicité de tant d’années d’affection et son regard d’un coup chavire dans un orgasme si puissant que le sexe de Taha est comme comprimé dans celui de son amie, lâchant à son tour le fruit de son plaisir dans un dernier coup de rein viril.

***/***

« Du côté des entités »

- Quand je vois ces jeunes humains mes frères, je me dis que nous avons perdu beaucoup lors de l’ascension.
- Le plaisir de la chair est ce qui nous rattachait à l’état d’animal !! Nous ne pouvons regretter cela mon frère !!
- Nous aurions dû en rester à l’état physique des élus, un corps génétiquement parfait comme celui que nous avions juste avant l’élévation.
- Cette race en est encore loin, seuls ceux que l’unique a créé à l’image de nos frères possèdent un tel corps, le regard que porte sur eux les autres humains de ce monde démontre combien ils les reconnaissent différents.
- Ceux-ci en font incontestablement partis, ils sont la parfaite réplique de Tahaaa et Naoméeee, identiques à l’image de nos deux frères gravés dans notre mémoire.
- Mais eux peuvent encore avoir une descendance !! Sentez-vous comme moi mes frères les deux embryons en formation ?
- Nous les sentons !!
- La vie donne ce choix !! La transmission par la descendance ou par l’immortalité, nous avons choisi d’accéder à la seconde et avons de ce fait perdu ce droit à la transmission du savoir vers nos enfants puisque il restera en nous pour l’éternité.




 
CHAPITRE 102 (315) (Camping de la dune) (Deux jours plus tard, mardi matin)


« Côté Mobil Home »

Le petit déjeuner est des plus joyeux depuis que tous savent qu’ils vont profiter de quelques semaines de vacances supplémentaires, Jean s’étant même arrangé pour qu’ils gardent les emplacements actuels qu’ils paient cette fois avec leur propre argent malgré que Michel se fût proposé à leur en faire cadeau.

Les Louvain sont repartis pour quelques jours, le temps de faire les démarches nécessaires à la demande pour le moins spéciale de Florian et Thomas ou plutôt « cousin » comme ils l’appellent tous maintenant avec amusement, est heureux lui aussi de s’être vu proposer de rester avec la bande qui s’étoffe donc d’un membre supplémentaire.

Il n’a pas été longtemps pour succomber à son tour au charme de tous ces jeunes encore inconnus de lui la semaine précédente, ne résistant pas à l’envie de mieux les connaître et ce même s’ils lui font bien remarquer en se moquant gentiment de lui qu’il est pour le moment le seul hétéro mâle du groupe.

La seule réserve qu’il a reçue venant de Chloé qui a cru bon mettre tout de suite les pendules à l’heure à sa façon directe de le faire, en lui faisant bien comprendre sans mâcher ses mots qu’il ne serait jamais plus qu’un ami et qu’il doit cesser de la dévorer des yeux comme il le fait depuis son arrivée, s’il ne veut pas se prendre un vent devant tout le monde.

Une fois le message passé, elle n’y a plus fait allusion et le considère maintenant comme un ami à part entière, au plus grand soulagement de tous qui avaient vu passer l’orage avec une certaine appréhension pour la suite de leur future relation.

La matinée ne fait que commencer, aussi c’est avec un certain empressement que les restes du petit déjeuner sont rangés, la vaisselle faite et qu’ils partent en petits groupes ou bien seul comme ils en ont pris l’habitude depuis ces deux semaines, appréciant encore plus ensuite les moments où ils sont tous ensemble.

***/***

Pour ma part, je m’éclipse discrètement pour rejoindre Raphaël parti depuis déjà un bon moment pour aider son père et je le retrouve à l’accueil, justement en pleine conversation avec Jean.

- Je t’assure p’pa qu’avec l’argent que nous avons gagné, il n’y a pas de souci si j’arrête le mannequinat !! En plus ce sera mieux pour mes études !!
- Tu vas garder ton studio à Aix ?
- Oui !! Il est assez grand pour deux et Éric est d’accord pour emménager avec moi à la rentrée, ça lui évitera le trajet en train qu’il se coltinait tous les jours !!
- Comment vont réagir ses parents en apprenant pour vous deux ?
- Ils sont déjà au courant, il leur a dit avant de les quitter pour venir ici Hi ! Hi !

Jean regarde son fils avec surprise, c’est là qu’il m’aperçoit et le clin d’œil amusé que je lui fais, lui donne la réponse à la question qu’il allait poser.

- J’imagine que les souvenirs de Florian sont l’explication du mystère de cet aveu qu’a fait Éric à ses parents sans encore te connaître ?
- Exact !! Mais com….. !!!

C’est là qu’il m’aperçoit à son tour.

- Ha !! Tu es là « Flo » !! Je me disais aussi !!
- J’étais venu te donner un coup de main, mais je peux repasser plus tard si tu veux ?
- Non !! Reste !! Nous avions fini de toute façon, pas vrai p’pa ?
- (Jean amusé) Je ne vois pas bien ce qu’il y a à faire en milieu de semaine pour s’y mettre à deux ??
- J’ai ma petite idée Hi ! Hi ! Pas vrai « Raphi » ??

Jean voit son fils changer de couleur et devenir rouge tomate en gardant néanmoins les yeux fixés dans ceux de son copain qui ne cille pas en lui envoyant un sourire entendu.

- (Jean) Vous êtes sûrs qu’on parle bien de la même chose ?
- Je ne sais pas pour toi, mais moi et « Raphi » très certainement oui !! Il n’y a qu’à voir sa tête Hi ! Hi ! Il n’y aurait pas un petit bricolage à faire dans un mobil home par hasard ? Je ne sais pas moi !! Un lit qui grince par exemple ?? Qu’on puisse vérifier si c’est bien le cas Hi ! Hi !

Jean surpris en comprenant l’allusion à peine caché.

- J’ai dû rater un épisode, parce que là je suis largué !! C’est qui ton copain au final, Éric ou Florian ?

Je vois bien le regard implorant que Raphaël porte sur moi pour que je réponde à sa place à la question pour le moins embarrassante de son père, je lui fais un petit sourire en coin en faisant ensuite celui qui est de trop.

- Je te laisse expliquer la situation à ton père, je t’attends dehors Hi ! Hi !

« Modifié: 18 septembre 2020 par laurentdu51100 »

laurentdu51100

*
  • ****
  • 1248
  • +12/-0
  • bonne lecture à tous et merci d'avance pr vs com
    • Voir le profil
Re : Florian 18 ans ou Le don de guérir (livre 3) (tome 3)
« Réponse #35 le: 18 septembre 2020 »
CHAPITRE 103 (316) (Camping de la dune) (Mardi matin) (Incertitude)


Thomas est installé confortablement dans un des transats mis à leur disposition, plongé dans ses pensées à se demander comment les choses se passent dans la réalité qu’il vient de quitter et aussi comment Benjamin s’en sort dans son nouvel environnement familial.

Une certaine nostalgie le prend causée principalement par le manque de l’affectivité qu’il connaissait auprès de sa vraie famille, sachant très bien au fond de lui que ceux qu’il a retrouvé ici ne seront jamais avec lui comme dans sa vie passée et qu’il sera toujours pour eux une énigme même s’ils ne l’avoueront jamais ouvertement, finissant sans doute par l’accepter avec le temps comme l’un des leurs mais certainement pas avec le même amour filial qu’il a toujours connu et qui déjà lui manque.

Yuan l’observe depuis la grande allée de terre battue non loin de là où ses autres copains jouent à la pétanque avec force démonstrations d’amusement, il voit bien que le moral de Thomas s’est soudainement assombri et s’en inquiète suffisamment pour se rapprocher de lui, ne supportant pas plus longtemps de le voir dans cet état évident de morosité alors que tous autour de lui nagent dans le plaisir à profiter de ces vacances prolongées.

- Ça va « Thom » ?

Le grand blond ouvre les yeux, surpris de voir son ami penché sur lui l’air soucieux et lui adresse un grand sourire en revenant à la réalité de ce qui l’entoure, chassant en un instant la nostalgie de ce passé encore trop présent qui lui était revenu en mémoire.

- Oui, juste un coup de blues !! Je pensais à toutes les personnes que j’ai laissées derrière moi en me retrouvant ici !!
- Je comprends !! Pas évident d’avoir à refaire connaissance de tous ceux qui avaient de l’importance dans ta vie, pas vrai ??
- Surtout quand tes parents te font bien comprendre que tu ne seras jamais considéré comme leur fils !!
- Bah !! On ne peut pas leur en vouloir puisque ici ils ont déjà le leur !!
- Je vais devoir faire avec, j’espère juste que tout ça finira par s’arranger et que j’arriverai à prendre mes marques dans cette nouvelle vie.
- Pense que c’est comme ça pour Florian depuis qu’il est là lui aussi, beaucoup de choses ont changé pour lui tu sais et pourtant il garde le moral, quoi qu’il lui en ait coûté d’apprendre sur ce qu’était « l’autre » ou encore pour ceux qui n’existent plus dans cette vie et en qui il tenait particulièrement, d’ailleurs en parlant de ça !! Tu penses qu’il va arriver à faire ce qu’il a en tête?
- Si tu veux connaître mon sentiment, je te répondrais juste que je pense sincèrement que rien ne lui est impossible s’il en décide ainsi !! Maintenant reste la façon d’y parvenir sans qu’encore une fois ça fasse comme pour moi et là je dois t’avouer que je ne vois pas trop comment il compte s’y prendre ?
- C’est aussi la question que je me pose figure toi !! Ça va forcément avoir un impact sur notre vie future.
- Difficile à dire en fait !! Par contre ce qui est certain, c’est qu’il va lui falloir des ressources d’énergie phénoménales car cette fois rien n’a été prévu d’avance comme pour moi par le biais de tous les Antonin des différentes réalités. Je me rappelle ce qui s’est passé dans l’avion ce jour-là, Florian avait tellement puisé dans son énergie qu’il a fallu l’envoyer d’urgence à l’hôpital et il nous a fait la peur de notre vie.

Yuan devient soudainement tout pâle à l’idée qu’il pourrait arriver ici aussi ce genre de chose.

- Il faudrait peut-être le raisonner à ce qu’il n’entreprenne pas un truc pareil, surtout si c’est aussi dangereux pour lui que ça semble l’être !!
- C’est un peu tard pour ça tu ne crois pas ?
- J’imagine que oui !! Surtout après avoir donné tant d’espoir en en parlant comme il l’a fait, mais pourquoi fait-il tout ça bordel !!
- Tu n’as donc pas encore compris?
- Il l’aime donc tant que ça ?
- Oui, même si pour moi ce n’est pas la raison principale qui le motive.
- Et c’est quoi sa raison ?
- L’amitié tout simplement !!
- Rien que ça ?
- Je ne parle pas d’une amitié ordinaire entends-le bien, celle-là est de celles qui traversent le temps ainsi que tous les obstacles de la vie !! La même que nous éprouvons l’un pour l’autre Florian et moi, la seule différence pour lui est qu’elle est fraternelle avant toutes choses.
- Tu crois qu’il aurait envisagé la même chose pour moi, si je n’avais plus été là pour quelque raison que ce soit ?
- N’en doute surtout pas un instant « Yu » !! Comme n’importe lequel de ceux d’entre nous qui font partie intégrante de sa vie, sinon pourquoi chercherait il à nous retrouver tous avec autant d’acharnement.



 
CHAPITRE 104 (317) (Paris) (Mardi matin) (Hôpital du Val de Grâce)


La princesse Masako donne le sein à la petite Aiko qui ne semble en aucune façon avoir de quelconques séquelles du sinistre accident qui les a amenées ici, sous le regard d’Hisashi son époux qui reste néanmoins allongé dans le lit d’à côté et sourit tendrement devant le tableau qu’il a sous les yeux.

« Traduit en Français »

- Notre fille est magnifique comme l’est sa mère !!

Masako surprise, se tourne vers son mari en souriant, heureuse de le voir enfin reprendre conscience après tous ces jours de sommeil imposés pour raison médicale.

- Comment te sens-tu mon chéri ?
- Ça pourrait aller mieux !! Mais où sommes-nous ?? Qu’est-il arrivé ??
- Tu ne te rappelles de rien ??
- Non, pas vraiment !! Tout est flou dans mes pensées !!
- Sans doute l’effet des médicaments, tout devrait très vite te revenir et pour répondre à ta question, nous sommes en France !! A Paris pour tout dire !!
- Mais !! Comment ??

Masako lui explique alors tout ce qu’elle-même a pu apprendre depuis son réveil deux jours plus tôt, Hisashi l’écoute sans l’interrompre tellement toute l’histoire lui semble incroyable.

- Tu dis que personne chez nous n’aurait pu nous sauver ??
- C’est en tout cas ce que le professeur Akihito m’a dit, il n’est pas homme à exagérer les choses comme tu le sais !! Tu n’auras qu’à l’interroger quand il viendra faire sa visite, peut être en tireras-tu plus de lui qu’il n’a bien voulu m’en dire.
- Comment ça ??
- Il y a un secret bien gardé semble-t-il sur la personne qui nous a opérés !!
- Mais enfin !! Ça n’a aucun sens !!
- C’est ce que je me suis évertuée à lui faire comprendre, mais il est resté muet comme une tombe et le plus étrange c’est qu’il semblerait que le personnel de cet hôpital ignore tout lui aussi, ils ne l’auraient pas même vu pour pouvoir en faire au moins une description !!
- En as-tu parlé à mon père ?? Lui doit savoir puisque il a bien dû autoriser le transfert.
- Ni l’empereur, ni Jun’ichirô ne connaissent son identité !! Les deux Kionai (grands frères) Yakusa qui surveillent l’autre chambre non plus d’ailleurs et crois-moi qu’ils ont tout essayé pour l’apprendre, en restant d’une courtoisie inhabituelle je dois bien le reconnaître !!

Les yeux d’Hisashi marquent la stupeur la plus totale.

- Des Yakusa ici ?? Libres qui plus est !! Comment se fait-il ??
- Ils ne se sont pas présentés comme tels tu dois bien t’en douter !! En fait le petit-fils de leur Oyabun a été lui aussi victime de l’accident et Jun’ichirô a eu le bon réflexe en l’apprenant de vouloir tout faire pour qu’il s’en sorte également, je ne doute pas qu’il en tire une reconnaissance qui le servira dans les prochaines années pour mener quelques politiques à bien.
- Comment va le garçon ??
- Il guérira si c’est ta question !!
- Tout semble aller pour le mieux alors ??
- Pour nous oui !! Mais pas pour tous ceux qui souffrent encore de cet accident, sans compter ceux qui n’y ont pas survécu !! Tout le monde n’a pas la chance d’appartenir à la famille impériale, ni à d’autres tout aussi influentes !!
- Je sens de la rancœur dans ta voix, tu aurais préféré nous voir morts ??
- Non bien sûr !! Mais tous ces pauvres gens qui souffrent m’attristent et je ne peux rien faire pour eux, alors que j’ai la chance d’avoir tous ceux qui comptent près de moi.
- La vie est faite ainsi, ce n’est ni toi ni moi qui pourront y changer quelque chose !! Je suis certain qu’ils sont soignés au mieux chez nous !!

Des pas dans le couloir venant dans leur direction les font s’interrompre en tournant la tête vers la porte de leur chambre, celle-ci s’ouvre pour laisser apparaître le professeur Akihito accompagné de son staff et celui-ci sourit, visiblement rassuré de voir que le prince a repris connaissance.

- Ha !! Votre altesse est enfin réveillée !! Comment vous sentez-vous ?
- Le mieux qu’il soit semble-t-il possible, vu ce que je viens d’apprendre !! Pourquoi donc faire tant de mystères sur la personne qui nous a sauvés ??
- Je prie son altesse de m’excuser, je ne suis pas autorisé à en parler et ce n’était que sous cette condition que nous avons pu vous transférer ici, le gouvernement de ce pays tient à garder secrète l’identité de cette personne et sachant ce que j’en sais, je ne peux qu’aller dans leur sens.
- Mais enfin !! Qu’a donc cet homme de si spécial ??

Akihito est tiraillé entre sa promesse et le respect qu’il éprouve pour cet homme qui un jour succédera à son père sur le trône de l’empire du Japon, une phrase du jeune garçon lui revient alors en mémoire qui le soulage un tant soit peu de pouvoir au moins apporter un début de réponse.

- Tout ce que je peux révéler à vos altesses, c’est qu’il se fera connaître de vous en temps utile !!
- Comment pouvez-vous affirmer une telle chose ?
- Parce que ce sont ses paroles, il….comment dire….semblait bien connaitre la princesse ainsi que la petite Aiko, il l’a d’ailleurs appelée par son prénom avant même de déclencher l’accouchement comme s’il n’ignorait rien d’elle !!

Masako regarde le chirurgien avec les yeux exprimant la surprise la plus totale.

- Il a donné le prénom de mon enfant ?? Comment cela ce peut-il puisque nous en avions gardé le secret, nous attendions mon époux et moi qu’elle vienne au monde pour l’annoncer officiellement, l’empereur lui-même l’ignorait !!
- Je vous assure princesse qu’il a bien nommé la petite Aiko par son prénom, c’était juste après vous avoir embrassé sur le front en vous nommant comme son amie !!

Le prince voit bien toute l’incrédulité qui peut se lire sur le visage de son épouse, il croit bon alors envoyer une pointe d’humour pour la détendre quelque peu.

- Sans doute un de tes nombreux prétendants d’université éconduits ma chérie ?

La réaction du professeur et de son staff le laisse alors à son tour tout comme la princesse dans la plus grande des stupéfactions quand perdant toutes retenues, ils éclatent de rires à en pleurer.




A suivre : http://
« Modifié: 18 septembre 2020 par laurentdu51100 »