Bonjour Invité

Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Les malheurs de Sofiane
Quatrième texte :

Trois chansons dans le bar, ça fait dans les dix minutes, à m’appliquer, et lui interdire de se toucher, pour qu’il finisse par gémir ‘’Oooh, je vais… je vais…’’.
‘Ça fait un peu garçon facile de sucer un mec dans les toilettes’ me suis-je dit… Sauf que celles d’un bar gay... Puis, aussi, c’est assez moyen de ne même pas connaitre…
— Tu ne vas pas me croire si je te confie que c’est la première fois que je… enfin, tu vois… un inconnu…’’ ai-je murmuré, un peu piteux.
— Alors, tu ne me croiras pas non plus si je te dis que c’est la première fois que ça m’arrive.
— C’est la loose, je ne connais même pas ton prénom… J’ai trop bu. Et on ne se reverra probablement pas, mais pour ce que ça vaut, je ne suis pas comme ça…
— Je te crois, Joachim. Tu vaux mieux que des coups à la sauvette, et moi aussi, mais la vie fait que c’est pas toujours possible.
— Tu… tu connais mon prénom ?
— Je t’ai observé depuis que tu es entré dans le bar. Oh ! Ce n’est pas la première fois, moi, on ne me remarque pas, ma force et ma faiblesse, mais toi, tu illumines !
— J’éclaire juste les cabines des toilettes avec la lampe de mon portable… Mais du coup, le tien ?
— Euh… Un Huawei Y7, c’est nul.
— Un… ? Non, ton prénom, je veux dire.
— Ah ! Ben… Enaïfos. C’est Grec, voilà…. De… D’Athènes.
— Ah ouais, quand même, direct la capitale ! Du coup, Paris plutôt que le Larzac, je capte ton choix de relocalisation. Après, j’ai fait du grec au lycée, et Enaïfos, je n’arrive pas à relier sémantiquement à un truc existant, et…
— Ouais, ben, c’est comme ça, mes parents ont choisi !’’ a-t-il claqué un peu abruptement, en rangeant son sexe étonnamment encore raide, dont une goutte de semence perlait au bout du gland, dans son pantalon, qu’il a remonté d’un geste sec.
‘Hmmm… Un peu brusque, lui, et peut-être aussi dans les échanges plus… profonds’, ai-je alors pensé… Ce qui n’est pas pour me déplaire.
Comme je ne semble pas le faire pour lui, son regard gris et chaud m’enveloppe… Voudrait-il plus ? Je ne suis pas certain de pouvoir le lui offrir ce soir, mais demain matin… Et si j’essayais ?
— Désolé, mais bon, what’s in a name ? Enfin, dans un prénom, en fait, Eamonn, Laszlo ou Emre sont inhabituels aussi…
— Jamais entendu’’ il a dit.
— Irlande, République Tchèque et Hongrie.
— C’était à Paris ou là-bas ? Je connais que la… enfin, mon pays et la France, et encore…
— Sur place, oui, mais je pense capter, en Grèce, le clergé orthodoxe, tout ça…
— Ouais, on dira ça…

Je pourrais dire qu’il m’intriguait, ce serait toujours plus honorable qu’admettre que je rêvais qu’il me prenne doucement, puis violemment, avec l’espoir naïf qu’il m’amène au plaisir, sans qu’à mon tour je me touche… Ce qui est du champ du possible. Rare, mais potentiellement atteignable, ça l’a fait avec Mouss, j’avais conclu que c’était une question d’épaisseur bien plus que de longueur !

— Enfin, bon, comme je t’ai avoué, j’ai peut-être un peu trop bu, je vais rentrer dans mon petit appart’ vide, me caler tout seul dans mon lit, mais ne m’en veux pas si je rêve de toi. Je te laisse à la soirée, avant de rentrer dans ta famille aimante, je sais quand même que vous, les Grecs, vous êtes très famille, c’est cool, je t’envie un peu…’’ ai-je murmuré, un peu hypocrite sur ce coup-là.
— Ma famille aimante… Ouais… Juste que ma mère… Maria, oui, Maria… préfère me voir rentrer en bonne santé le lendemain en forme qu’à deux heures du mat’ un peu rebou, moi aussi, j’avoue. Si tu peux m’offrir un coin de parquet…

A peine étions-nous rentrés chez moi, alors qu’une heure sonnait à l’église proche, j’ai tendu un drap sur mon canapé, avant d’y poser un édredon d’été.

Saint-Grégoire frappait trois coups lorsque j’ai senti le corps chaud d’Enaïfos se coller à mon dos, dans mon lit, et sa raideur se coller à mon bassin.

Vers sept heures, avant que ce bon vieux Greg se remette à marteler, j’ai senti son corps se séparer du mien, et un murmure encore endormi… ‘’C’était bon pour toi aussi, j’espère…’’

Sauf que c’était juste dans son rêve, mais sa remarque inconsciente m’a fait imaginer qu’il serait un amant attentif au plaisir de l’autre, et inquiet de l’avoir atteint. J’ai rejeté le drap et ai abaissé l’élastique de son boxer pour découvrir un gland décalotté, même mou, sur un sexe suturé… Que j’ai pris en bouche, pour lui faire retrouver sa forme optimale, sous le regard maintenant éveillé, et brillant d’Enaïfos. Avant de l’enjamber et de poser mon bassin sur le sien…

— Si tu préfères du latex, j’ai, mais… pour ce que ça vaut, et pour ce que vaut ma parole, je suis sous PrEP… Truvada, si tu vois, et je peux te montrer la boite… Et sans, c’est mieux, sauf avec un éjaculateur précoce, mais hier, tu ne l’étais pas trop, alors voilà, quoi.
— C’est bizarre, je te fais confiance, Joachim’’ a-t-il dit, avant de pousser son gland salivé sur mon intimité.

Je l’ai retourné sur cent quatre-vingt degrés, il a été étonné, j’ai expliqué sommairement mon étrange préférence pour une domination soft… au départ, avant d’être possédé avec plus d’énergie…

Je suis sur le flanc, ma main court sur son torse perlé de transpiration, alors que sa semence s’écoule lentement le long de ma fesse gauche…

— A quoi ressemble le paradis orthodoxe auquel tu viens de renoncer, mon bel Enaïfos ? ai-je murmuré.
— Je suis maudit dans le paradis orthodoxe, dans le tien, et dans le mien… Mais c’est mon choix.
— Le… tien ?
— Tu es intelligent et cultivé, tu as déjà plus ou moins capté qu’Enaïfos n’est pas un prénom grec.
— Je n’ai pas…
— Et tu as raison, mon prénom, c’est Sofiane, mais ça la fout toujours mal d’être rebeu en France, mais comme je ne suis pas trop… typé, on dira…
— Les yeux gris… ?
— Ma mère est berbère, c’est une bizarrerie génétique…
— C’est beau ! Et ça n’a rien à voir avec rien.
— Non, en effet, comme ton prénom biblique, et donc un peu juif, et la présence de ceci’’ a-t-il dit, en pinçant doucement mon prépuce.
— Mon prénom, c’est une bizarrerie de ma mère…
— Elles sont probablement toutes un peu étrange, que veux-tu…
— Ben… Vu que tu demandes… Ce que je voudrais maintenant, et là…
— Encore ?
— Encooooore…’ ai-je gémi
2
Gay / Re : Une journée sur Kepler-16 b (SF, défi : une phrase par jour)
« Dernier message par Lange128 le Aujourd'hui à 11:55 am »
091

Le Capitaine demanda à Maël : « As-tu peur d’exécuter cette mission ? »
3
Gay / Re : Re : Au camp scout (Ado - gay) (reprise Docti)
« Dernier message par Philou0033 le Aujourd'hui à 09:42 am »
Bonjour @Philou0033
Très belle suite. Décidément les parents sont très ouverts. Les deux couples peuvent s'aimer sans difficulté dans leurs chambres à la maison. Il est effectivement plus sain de s'aimer dans de bonnes conditions que de s'aimer n'importe où au risque de subir une attaque que ce soit homophobe ou autre d'ailleurs.
Pour le séjour dans les Fagnes, les jeunes dormirons dans un baraquement du camp militaire d'Esenborn.
J'ai passé un mois dans ce camp lors de mon service militaire, j'en garde un très bon souvenir.
Bien entendu ils ne seront pas dans un hôtel 3 étoiles, ce sont des chambres style dortoirs équipées de six à dix lits métalliques. Les douches sont communes bien entendu.
J'ai hâte de lire la suite et de découvrir leur séjour dans les Fagnes.
Merci Philou pour cette suite.
Je t'embrasse
Philippe

Bonjour @Bouffondelalune !
Merci pour ton com !

Très beau résumé de la suite.
Comme tu le dis si bien, c'est important que les jeunes puissent avoir des relations sexuelles dans les meilleures conditions.
Un camp militaire reste toujours assez spartiate.
J'ai aussi passé une semaine à Elsenborn, très bons souvenirs  aussi, de plus c'était en hiver je peux dire que ça caillait!

Merci Philippe de suivre le récit et de laisser un commentaire à chaque fois!

Je t'embrasse!
Philou
4
Gay / Re : Re : Re : Une journée sur Kepler-16 b (SF, défi : une phrase par jour)
« Dernier message par Lange128 le Aujourd'hui à 07:14 am »
Si c'est la Covid, j'espère qu'elle ne sera pas plus méchante que cette que j'ai eue : trois jours d'état style grippal et puis attendre la fin de la quarantaine.
L'avantage, après l'avoir eu, c'est d'être immunisé pour un trimestre... mieux qu'avec le vaccin !

Soigne toi bien et fait nous un tas de suites ;D

Bizoux  :-* :-* :-*

Merci @fablelionsilencieux pour ton commentaire.

Oui, c’est bien la Covid, le test PCR l’a confirmé. Les symptômes sont modérés jusqu’à présent et ma fièvre a déjà baissé. Il y a quand même un côté imprévisible dans cette maladie, avec ses multiples variants et sous-variants, parce que nous ne la connaissons pas, contrairement à la grippe et aux rhumes que nous avons déjà souvent eus.

Je ne sais pas où je l’ai attrapée, au théâtre je continuais à porter un masque FFP2. Dans un train, un restaurant, un magasin ? Si c’est le cas, ce variant semble très contagieux et je crains que beaucoup de monde ne soit affecté cet été.

J’espère retrouver rapidement mes goûts (celui de l’écriture et celui de savourer des aliments).

Bisous.
Daniel
5
 CHAPITRE 056 : « Planète des cinq » « Prit dans le piège »

Toshio se concentre pour retrouver les mécanismes gravés en lui de la magie de « PENN », Toby l’entend alors marmonner d’étranges paroles, tandis que de l’autre côté de l’écran panoramique les choses prennent un tour inhabituel.

Une sorte de tourbillon en formation aux proportions surréalistes rempli bientôt tout son champ de vision, des éclairs le traversant alors qu’une sorte de trou immense et noir apparait en son centre.

Il n’ose pas parler de peur d’interrompre quelque chose d’important, se contentant d’ouvrir en grand d’étonnement ses yeux devant les puissances misent en œuvre.

Le « Kannn » vibre de tout son corps, attendant visiblement que ses propres sens lui donnent l’aval pour foncer dans ce qui ressemble fort à un vortex tel que celui qu’il a imprudemment traversé pour se retrouver prisonnier ici.

***/***

« Salle des stèles. »

Les cinq sont là, luttant toujours pour s’extraire de ce champ de force encerclant la planète et les empêchant de poursuivre leurs sinistres desseins.

Ils utilisent visiblement toute la force mentale dont ils disposent, pourtant une alerte spécifique venant des confins leurs fait cesser leurs efforts pour se concentrer essentiellement dessus.

- La barrière de bannissement est attaquée, elle risque de céder !!
- Comment est-ce possible !!
- Quelqu’un a compris le subterfuge voulant laisser croire à la fin de notre univers et tente de la traverser en créant une sorte de vortex.
- Qui aurait une puissance suffisante pour un tel exploit, ne nous sommes nous pas mit à cinq pour la créée ?
- Sans doute le même que celui qui nous enchaine depuis tout ce temps sur cette planète.

Un long silence mental suit ces dernières paroles, avant qu’une idée ne soit lancée.

- Laissons-les retrouver leurs paires !!
- Tu n’y penses pas sérieusement ??
- Justement si !! Cela résoudrait bien des problèmes comme celui qui nous lie à cette planète !! Une fois de l’autre côté il ne fait aucun doute que le champ de force cesse, n’ayant plus sa source d’énergie. Nous pourrions ensuite renforcer la barrière de bannissement.
- Serait-ce une bonne idée de laisser le père et le fils combinés leurs puissances, sans compter ceux qui l'accompagnes et qui devrait dans un futur proche acquérir leurs propres pouvoirs.
- Je serais pour cette solution en prenant quand même quelques assurances sur la non possibilité de retour.
- Comment comptes-tu t’y prendre ?
- Nous ne pouvons rien contre ceux à l’intérieur de cet étrange et puissant vaisseau, mais nous pouvons faire en sorte que la traversée de ce dernier ne soit pas sans risques pour lui et qu'il éprouve une telle terreur à refaire l'essai que rien ne pourra plus l'en convaincre.

Une fois de plus le silence se fait, jusqu’à ce que la décision soit prise et mise immédiatement en action, avec toujours cette même conscience collective qui les font agir de concert.

***/***

« A bord du « Kannn ». »

Le vortex créer par la magie de Toshio ressemble maintenant à une gueule gigantesque et béante, Toby tremble de tout son être devant ce qui pour lui reste du domaine des dieux et que son petit ami réalise semble-t-il sans efforts apparents.

Toshio est concentré au maximum quand son esprit reçoit des images venant de l’autre côté, preuve qu’il a réussi à se créer un passage entre les deux univers, du moins le pense-t-il de cette façon faute de savoir encore de quoi il s’agit réellement.

- Va !!!

L’ordre donner au « Kannn » et immédiatement suivit d’effet, le monstrueux vaisseau vivant se ruant de toute sa force pour traverser le passage.

Toshio note qu’étrangement ce dernier manque d’épaisseur, se retrouvant de l’autre côté beaucoup plus rapidement que dans ses souvenirs de la première traversée.

Il va pour s’en réjouir quand un cri perçant lui déchire les tympans, son corps se recroquevillant sur lui-même par pur instinct.

- Commandeur !! Commandeur !!

L’IA répète plusieurs fois sa demande dans l’attente d’une réponse, Toshio revenant à lui en se redressant péniblement, le regard hagard à la recherche de son ami.

Toby s’est évanoui sous le choc, du sang sort de ses oreilles et de ses yeux alors qu’il est étalé sur le sol, faisant se ruer vers lui Toshio mort d’inquiétude.

Il vérifie ses constantes pour finir par se rassurer sur l’état physique de son compagnon, sa respiration et son pouls revenant très rapidement à la normale.

Il se redresse alors pour aller prendre une couverture et le recouvrir avec pour qu’il reste au chaud, s’adressant ensuite à l’IA pour avoir des explications.

- Que s’est-il passé ?
- Ma banque de donnée me permet d’avancer une réponse commandeur, la traversée a été une réussite mais en ce faisant, le « Kannn » a subi une attaque inattendue.
- Comment cela une attaque ?
- Il va me falloir du temps pour une analyse plus précise commandeur, de plus nous avons perdu la liaison mentale d’avec lui.

Toshio fait la moue, comprenant les implications, mais également toutes les complications à venir derrière cette simple phrase.

- Espérons que cela reste temporaire !!
- Si je peux me permettre commandeur, voilà une vue de l’extérieur montrant une partie du corps du « Kannn ».

Toshio reporte son attention sur l’écran, un cri de stupeur s’échappe de sa bouche quand il prend conscience du véritable problème.

Le corps noir de nuit du « Kannn » semble avoir été profondément ronger par les flammes de l’enfer, partout où son regard se porte le constat est le même.

- Va-t-il s’en sortir ?
- Je peux juste observer que ses organes internes n’ont pas été touché, ce qui auraient pu être mortelles, Par contre j’ai besoin de davantage de temps pour ce qui est du reste.
- Quand saurons-nous à quoi nous en tenir ?
- J’envoie une unité médicale faire le bilan de ses blessures, je pense quelques heures !!
- Envoies-en une également pour Toby, le sang sortant de ses oreilles et de ses yeux, ne me dit rien qui vaille !!
- Peut-être qu’un baisé suffirait commandeur !!
- Ce n’est pas le temps de la plaisanterie !!
- Le pouvoir de guérison de votre père est venu en premier de sa salive, il ne vous en coute rien d’essayer sur Toby.

Toshio se traite de tous les noms, oubliant toujours qu’il n’est pas juste le gardien des âmes de « PENN » doter de sa magie, mais également le fils de son père.

Il revient vers son blondinet pour s’assoir près de lui et le prendre dans ses bras, préférant au final utiliser la magie plutôt qu’un don aléatoire qui n’a pas encore véritablement fait ses preuves.

Une incantation sort Toby de son état d’évanouissement, ses yeux orange teinté de rouge par les petits vaisseaux sanguins éclater sous la pression qu’il vient de subir se fixent alors dans les siens pour lui demander d’une voie faible.

- D’où est venu se cri affreux ?
- Chute !! Je t’expliquerais tout quand tu iras mieux, pour l’instant repose toi.
6
Gay / Re : Stances : Rêver...
« Dernier message par Bouffondelalune le 29 juin 2022  »
Bonjour @Louklouk
je partage l'avis de @fablelionsilencieux , c'est "adorable".
Bien à toi
Bouffon
7
Gay / Re : Au camp scout (Ado - gay) (reprise Docti)
« Dernier message par Bouffondelalune le 29 juin 2022  »
Bonjour @Philou0033
Très belle suite. Décidément les parents sont très ouverts. Les deux couples peuvent s'aimer sans difficulté dans leurs chambres à la maison. Il est effectivement plus sain de s'aimer dans de bonnes conditions que de s'aimer n'importe où au risque de subir une attaque que ce soit homophobe ou autre d'ailleurs.
Pour le séjour dans les Fagnes, les jeunes dormirons dans un baraquement du camp militaire d'Esenborn.
J'ai passé un mois dans ce camp lors de mon service militaire, j'en garde un très bon souvenir.
Bien entendu ils ne seront pas dans un hôtel 3 étoiles, ce sont des chambres style dortoirs équipées de six à dix lits métalliques. Les douches sont communes bien entendu.
J'ai hâte de lire la suite et de découvrir leur séjour dans les Fagnes.
Merci Philou pour cette suite.
Je t'embrasse
Philippe
8
Gay / Re : Stances : Rêver...
« Dernier message par fablelionsilencieux le 29 juin 2022  »
Un mot : adorable !  ;)
9
PS Je pense avoir attrapé la Covid avec cette énieme vague (à donner le mal de mer), confirmation après-demain avec les résultats d'un test PCR. Je ne sais pas dans quelle mesure je pourrais écrire, peut-être encore plus si je suis en isolation et que je ne peux pas sortir.
Si c'est la Covid, j'espère qu'elle ne sera pas plus méchante que cette que j'ai eue : trois jours d'état style grippal et puis attendre la fin de la quarantaine.
L'avantage, après l'avoir eu, c'est d'être immunisé pour un trimestre... mieux qu'avec le vaccin !

Soigne toi bien et fait nous un tas de suites ;D

Bizoux  :-* :-* :-*

10
Gay / Re : Re : Au camp scout (Ado - gay) (reprise Docti)
« Dernier message par Philou0033 le 29 juin 2022  »
Bonsoir @Philou0033 et merci pour cette suite.

La nuit ne pouvait que commencer par une union charnelle entre Phil et Ben mais aussi entre Christine et Denis. Les parents sont tolérants et préfèrent que les jeunes gens fassent l’amour à la maison, même s’il y a quelques gémissements qui troublent la quiétude nocturne.

Dans mon récit « Deux cousins », j’ai imaginé que les Belges parlaient à Koen en néerlandais, je ne me suis pas trompé puisque Phil révise son cours de cette langue. En plus mes personnages étaient cheminots, ils devaient donc parler cette langue s’ils étaient en contact avec les clients.

Les scouts logeront dans un camp militaire pour leur trek dans les Fagnes, j’imagine que le confort sera assez sommaire, pas de chambres avec douches individuelles…

Je t’embrasse.
Daniel

Bonsoir @Lange128 !
Merci pour ton com !

Comme tu le soulignes dans ton commentaire, les parents préfèrent que les jeunes fassent l'amour à la maison que de les savoir dans des endroits inappropriés! Je pense que c'est une réaction de bon sens et à la fois de confiance.

Oui Phil et Ben suivent des cours de néerlandais dans leur cursus et ils pourraient donc se débrouiller dans la langue de Vondel ! 
Bien entendu Koen et les belges de ton récit pourraient très bien discuter dans cette langue. Laisse ton imagination aller où elle veut, c'est ça l'esprit littéraire libre!

Effectivement l'équipe des scouts JER logera dans le camp militaire d'Elsenborn où elle sera reçue dans des dortoirs de huit à dix lits. Bien entendu ce sera douches communes, comme tu le penses!

Merci Daniel de suivre le récit et de laisser à chaque fois un commentaire!

Je t'embrasse!
Philou
Pages: [1] 2 3 ... 10